Grandir à Montréal

Du 29 octobre 2004 au 6 janvier 2008

Photographie de l'exposition : Grandir à Montréal; À l’orphelinatImprimer

À l'orphelinat

À la fin du 19e siècle, des lieux voient le jour sous l'action d'organismes philanthropiques, religieux et de bienfaisance afin de venir en aide aux enfants orphelins, abandonnés ou victimes de situations familiales difficiles. Dans les orphelinats et les crèches, on prend en charge les enfants et on voit à leurs soins quotidiens et à leur éducation, jusqu'à leur adoption par une nouvelle famille ou à leur majorité. Les interventions de l'État dans ce domaine viendront plus tard, les secteurs de la famille et de l'enfance demeurant longtemps sous la coupe de l'Église catholique ou d'organismes privés. Le gouvernement du Québec adopte la Loi sur la protection de la jeunesse en 1951. Mais c'est la loi 24, en 1979, qui met véritablement de l'avant les droits de l'enfant. Elle établit également un grand principe selon lequel tout doit être mis en oeuvre pour garder l'enfant en lien avec sa famille. Il s'agit là d'un changement important car, auparavant, les jeunes, abandonnés, négligés ou délinquants, étaient plutôt « placés » dans des institutions. En 1984, la loi 60, véritable charte des droits de l'enfant, donne à la protection de l'enfance sa forme actuelle.

Sélection d'artefacts (artefacts du Musée McCord seulement)

II-174417 : Ladies Benevolent Institution, Montréal, QC, 1909
MP-0000.888.7 : Orphelinat St. Patrick, Outremont, QC, vers 1910