À propos du Musée

Planifiez votre visite

Le Musée McCord

L'équipe du Musée

Nouvelles


Paroles vivantes :
Diplomates autochtones au XVIIIe siècle

Une initiative de paix interculturelle pour commémorer le tricentennaire de la Grande Paix de Montréal

Montréal, le 4 mai 2001 - Le Musée McCord dévoilera, le 4 mai prochain, une nouvelle exposition intitulée Paroles
vivantes : diplomates autochtones au XVIIIe siècle
. À l'occasion du 300e anniversaire de la Grande Paix de Montréal, découvrez les subtilités et l'éloquence de la diplomatie authochtone, et participez aux traditions vivantes de paix interculturelle.

1701 - La Grande Paix
En 1701, les représentants français et les porte-parole de près de 40 nations autochtones se réunissaient à Montréal pour signer le Traité de la Grande Paix de Montréal. Durant plusieurs jours, on assista aux usages protocolaires, aux audiences et aux discours officiels, mais aussi à des échanges commerciaux et à des festivités. Bien que les autorités françaises désiraient un traité mettant fin aux guerres depuis plusieurs années, ils n'auraient pu l'obtenir sans le talent et l'implication de certains diplomates autochtones favorables à ce projet de paix. Le Musée McCord souhaite, en ce 300e anniversaire du Traité de la Grande Paix de Montréal, rendre hommage aux diplomates amérindiens qui se sont illustrés tout au long du XVIIIe siècle.

Ces éminents personnages étaient d'habiles orateurs qui représentaient les intérêts de leurs communautés lors des négociations avec les Européens. Ils adoptaient souvent un style vestimentaire original associant habits traditionels avec des éléments de la mode européenne. Ces puissants individus firent en sorte que le rituel du calumet, l'utilisation du wampum et le don de présents fassent partie intégrante des échanges diplomatiques avec la Nouvelle-France. Les femmes amérindiennes occupaient aussi une place importante dans la vie politique, bien que souvent à l'ombre des regards.

L'exposition
Puisée à même la collection d'archives du Musée McCord et de sa remarquable collection d'objets des Premières Nations (calumets, vêtements, accessoires, wampum, orfèvreries de traite) Paroles vivantes : diplomates autochtones au XVIIIe siècle présentera également des objets provenant d'autres institutions : parmi ceux-ci, notons quatre fameux tableaux du peintre hollandais John Verelst, prêtés par les Archives nationales du Canada. Créés en 1710, ces rares portraits des " Quatre rois indiens " représentent les porte-parole autochtones qui se rendirent à Londres auprès de la Reine Anne.

2001 - L'apprentissage de la Paix
Issue d'une initiative éducative, et en collaboration avec le programme de soutien à l'École montréalaise du ministère de l'Education du Québec, le Musée McCord a offert des ateliers
d'iconographie autochtone aux enfants provenant de 22 écoles primaires de l'île de Montréal. Des sculptures créées par ces jeunes artistes, suite à leur introduction à cette culture de la paix, ont été intégrées pour former L'Arbre de Paix, une œuvre monumentale de l'exposition. Dans un deuxième temps, la Corporation des fêtes de la Grande Paix de Montréal en collaboration avec le programme de soutien l'École montréalaise permetteront à 500 jeunes étudiants provenant de différentes communautés autochtones du Québec et 500 jeunes étudiants des écoles de Montréal de se rencontrer et d'échanger. Différentes activités sont prévues pour eux, tels, une visite guidée de l'exposition, une présentation théâtrale et trois nuits de camping près du Jardin botanique de Montréal.

Le Musée offrira aussi un programme public d'activités culturelles et éducatives pendant toute la période de l'exposition. Les visiteurs pourront s'immisser pleinement dans la culture de la paix lors d'ateliers sur les coutumes diplomatiques du XVIIIe siècle, sur les pictogrammes autochtones et sur le perlage.

Les Premières nations au Musée McCord
Par cette exposition commémorative, par ce rassemblement de jeunes ambassadeurs et par son programme public d'activités interculturelles, le McCord poursuit son engagement de promouvoir l'histoire de notre nation de ses premiers peuples à ceux d'aujourd'hui.

Le Musée McCord est reconnu pour sa collaboration de longue date avec les communautés et organismes autochtones. L'exposition À la croisée des chemins : le perlage dans la vie des Iroquois, qui sera présentée au Musée canadien des civilisations du 8 juin au 4 novembre 2001, témoigne de cette association. L'équipe de réalisation de cette exposition était composée de conservateurs et artistes autochtones. Cette exposition présente de façon innovatrice plus de 300 objets rarement vus qui témoigne avec simplicité et éloquence de l'importance du perlage dans l'histoire et la culture de la nation iroquoise.

Le Musée McCord a présenté plusieurs autres expositions ayant une thématique autochtone, à savoir Un village nommé Hochelaga, Vies et toponymes du Nanavik, Empreintes de la nation Mi'kmaq, Manituminaki : la puissance des perles de verre, et Watahine : Photographies de femmes autochtones de Nancy Ackerman.

L'exposition et son complément d'activités didactiques et culturelles s'inscrivent dans le cadre des festivités organisées par la Corporation des fêtes de la Grande Paix de Montéal. Cette célébration interculturelle s'inspire de la Grande Paix de Montréal et marquera le 300e anniversaire de cet événement historique.

La CBC est le présentateur officiel de Paroles
vivantes : diplomates autochtones au XVIIIe siècle.
Nous désirons remercier les Archives nationales du Canada d'avoir prêté les tableaux des " Quatre rois indiens " de leur Collection nationale de portraits et d'avoir contribué financièrement à leur restauration.

- 30 -

Source : Nike Langevin
(514) 398-7100, poste 305
annie@mccord.lan.mcgill.ca

diapositives et images numériques disponibles sur demande

Le Musée McCord désire remercier de leur soutien le Programme d'appui aux musées du ministère du Patrimoine canadien, le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal, et la collaboration de La Presse et The Gazette.