À propos du Musée

Planifiez votre visite

Le Musée McCord

L'équipe du Musée

Nouvelles


Le Musée McCord pose un regard nouveau
sur les Villes du Canada

Montréal, le mercredi 11 février 2004 — Le Musée McCord présente une nouvelle perspective sur le paysage urbain du Canada des années 1950 avec l'exposition Villes du Canada — la collection Seagram, en montre du 12 février au 12 avril 2004. Ces quarante magnifiques paysages urbains  ont été commandés à l'origine à différents artistes en vue de monter une exposition d'art, également intitulée Villes du Canada, qui a entrepris une tournée nationale et internationale de 1953 à 1955. Organisée par le conservateur invité Ihor Holubizky, l'exposition Villes du Canada du McCord revisite certaines œuvres clés de la première exposition du même nom, explore l'époque unique de leur création, et montre le lien de ces œuvres avec l'émergence du Canada sur la scène mondiale d'après-guerre.

L'instigateur de cette initiative artistique originale était Samuel Bronfman (1898-1971), chef de la Maison Seagram et magnat de l'empire du whisky. Capitaine d'industrie légendaire, Bronfman rejetait l'image stéréotypée du Canada qui persiste encore aujourd'hui — celle d'une contrée sauvage vaste et idyllique — et croyait que l'entreprise privée avait la responsabilité de faire sa part pour promouvoir son pays aussi bien que vendre ses produits sur le marché mondial. C'est la raison pour laquelle Bronfman a commandé quatre-vingt-dix tableaux de centres urbains du Canada, dont une sélection a été exposée dans seize villes des Amériques et d'Europe en 1953-1954. Cette exposition a parcouru près de 50 000 kilomètres en commençant par San Juan, poursuivant son itinéraire à la Havane, Mexico, Caracas, Rio de Janeiro, Sao Paulo, Buenos Aires, Montevideo, Londres, Paris, Rome, Genève, Stockholm, La Haye, Madrid pour finalement être présentée aux membres des Forces Armées canadiennes à Loest en Allemagne de l'Ouest et entreprendre une tournée pan-canadienne en 1954-1955.

Aucune exposition canadienne n'avait auparavant suivi un tel itinéraire. L'exposition initiale Villes du Canada a permis de présenter au reste du monde une autre image du Grand Nord immaculé, l'image d'une région où « poussent des villes le long du littoral, au milieu des plaines, au pied des montagnes », d'une région dynamique, urbanisée et industrielle. Certaines oeuvres ont aussi été utilisées dans les publicités de Seagram V.O. (whisky), qui ont été diffusées dans des publications internationales telles Time et Life et dans les médias locaux de plusieurs pays.

Plusieurs de ces tableaux n'ont jamais été présentées en public depuis 1967. Des quatre-vingt-dix œuvres commandées par Bronfman, quatre-vingt-trois ont été données au McCord par la compagnie Seagram lteé en 2000 et, cette même année, la Commission canadienne d'examen des exportations de biens culturels, un tribunal indépendant du ministère du Patrimoine canadien, lui reconnaissait le statut d' une collection d'importance nationale. Cette exposition du Musée McCord offre une occasion unique d'admirer ces œuvres et de revisiter, 50 ans plus tard, les circonstances extraordinaires qui en ont permis la création.

L'ambitieux projet Seagram réunissait autant de jeunes artistes que des grands noms de l'art canadien. Le processus de sélection fut mené par les artistes chevronnés Robert Pilot et A.Y. Jackson, qui ont tous deux joué un rôle important dans la formation de l'école de peinture nationale moderne durant la première moitié du vingtième siècle. Parmi les autres artistes participants à cette exposition et qui maintenant comptent dans l'histoire de l'art canadien, mentionnons Goodridge Roberts, Frederick B. Taylor et Albert Cloutier. Selon le conservateur invité Ihor Holubizky, le résultat de leurs efforts combinés est « un mélange souvent étonnant de réalisme et de sublimité picturale », comme dans la représentation de A.J. Casson des aciéries et des cheminées d'usine qui se détachent de la ligne d'horizon de Hamilton, ou dans la vue d'Edmonton décrite par l'artiste Charles Comfort comme « l'épicentre d'un secteur industriel en plein essor ».

Dans les années 1950, le Canada était en train de se forger une nouvelle identité nationale, et les tableaux de Villes du Canada reflètent cette émergence aussi clairement quele recensement de 1951. La population avait triplé dans la première moitié du vingtième siècle, et près de 57 % des Canadiens vivaient dès lors en milieu urbain. Le Canada était une véritable nation de citadins, au-delà du stéréotype de pays rude et sauvage, et Bronfman avait bien l'intention de véhiculer ce message aux quatre coins du monde afin, comme il l'a lui-même expliqué, « de familiariser les pays de l'étranger avec notre vie urbaine ».

Villes du Canada — la collection Seagram est présentée au Musée McCord du 12 février au 12 avril 2004.

- 30 -

Images disponibles sur demande.

Renseignements :
Nike Langevin
Chef des
Téléphone : (514) 398-7100, poste 251
nike.langevin@mccord.mcgill.ca

 

Le McCord désire remercier de leur soutien le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil des arts de Montréal.