À propos du Musée

Planifiez votre visite

Le Musée McCord

L'équipe du Musée

Nouvelles

Chefs-d'œuvre d'art militaire présentés au Musée McCord

L'exposition historique, réalisée par Musée canadien de la guerre et le Musée canadien des civilisations, montre les œuvres d'artistes canadiens très renommés

Montréal, le 10 novembre 2003 — Le Musée McCord inaugure aujourd'hui l'exposition des œuvres d'artistes les plus connus au Canada. Tableaux de guerre — chefs-d'œuvre du Musée canadien de la guerre est la plus importante exposition jamais montée sur les œuvres méconnues de la vaste collection d'art militaire du Musée canadien de la guerre. Le Musée McCord abritera l'exposition jusqu'au 25 janvier 2004.

Au total, plus 60 œuvres font partie de cette exposition remarquable, y compris des peintures de Charles Comfort, Alex Colville, Molly Lamb Bobak et quatre membres du Groupe des Sept. De nombreuses peintures n'ont pas été exposées depuis 80 ans et d'autres n'ont jamais été vues en public. Des réjouissances d'une fête de l'Armistice à la triste scène d'un marin qui se noie, ces œuvres éloquentes sont un puissant témoignage de l'expérience canadienne en temps de guerre.

L'origine des collections d'art militaire du Canada remonte à l'initiative de Lord Beaverbrook, entrepreneur né au Canada, magnat de la presse et, plus tard, ministre du cabinet anglais. Au cours de la Première Guerre mondiale, il a établi les Fonds des Souvenirs de guerre canadiens, grâce auxquels nombre d'artistes de prestige ont pu illustrer les efforts de guerre déployés par le Canada à l'étranger et au pays. Toutefois, son plan de construire un édifice permettant l'exposition permanente des quelque 1000 peintures n'a jamais été concrétisé et la collection a été remise à la Galerie nationale du Canada (actuellement le Musée des beaux-arts du Canada).

Les Fonds des Souvenirs de guerre canadiens ont conduit à l'établissement du programme de la Collection d'œuvres canadiennes commémoratives de la Seconde Guerre mondiale. Trente et un artistes ont été appelés à dépeindre les activités de l'armée de terre, de la marine et de l'armée de l'air du Canada. Ils ont ainsi représenté le Canada en temps de guerre et les exploits militaires canadiens en Italie et dans le Nord-Ouest de l'Europe.

En 1946, plus de 5 000 œuvres d'art issues du programme ont été déposées à la Galerie nationale du Canada, joignant ainsi les peintures de la Première Guerre mondiale. En 1971, les deux collections d'art militaire ont été transférées au Musée canadien de la guerre. Toutefois, seulement quelques pièces ont été exposées depuis, étant donné l'absence de galerie d'art permanente au Musée canadien de la guerre. La restauration et l'exposition des œuvres composant Tableaux de guerre constituent, depuis leur création, la plus grande attention portée à la collection d'art militaire au Canada.

La collection d'art militaire du Musée canadien de la guerre regroupe plus de 13 000 œuvres de toutes sortes : peintures, aquarelles, dessins, estampes et sculptures. Elle réunit à la fois les Souvenirs de guerre canadiens de la Première Guerre mondiale et la Collection d'œuvres canadiennes commémoratives de la Seconde Guerre mondiale. À l'ensemble, s'ajoute la Collection du Programme d'aide des Forces canadiennes aux artistes civils qui, pour sa part, porte principalement sur les missions de maintien de la paix auxquelles ont participé les Forces canadienne.

Tableaux de guerre — chefs-d'œuvre du Musée canadien de la guerre est présentée jusqu'au 25 janvier 2004 au Musée McCord (690, rue Sherbrooke Ouest, Montréal). Une gamme d'activités culturelles et de programmes scolaires complète la présentation de Tableaux de guerre.

Le Groupe des Sept
La Grande Guerre et le paysage canadien  

Le Groupe des Sept est le groupe d'artistes canadiens le plus connu et le plus influent à avoir travaillé au Canada au XXe siècle. Ses premiers membres, F.H. Varley, A.Y. Jackson, Franklin Carmichael, Lawren Harris, J.E.H. MacDonald, Arthur Lismer et Frank H. (Franz) Johnston ont exposé pour la première fois en 1920 en tant que groupe. LeMoine FitzGerald, Edwin Holgate et A.J. Casson se sont plus tard joints à eux. Le Groupe des Sept a cessé d'exposer en 1931.

Les expériences des membres originaux du Groupe de Sept au cours de la Première Guerre mondiale ont influencé l'évolution de leurs styles picturaux. Alors que l'art paysager d'après-guerre des membres du Groupe est très bien connu, leurs œuvres d'art militaire ne le sont pas. Par conséquent, on n'a pas généralement conscience de la mesure dans laquelle leurs compositions d'après 1920, particulièrement dans l'utilisation d'arbres morts et de paysages dévastés, s'inspirent des paysages de la Grande Guerre. Et plus le public pourra voir leurs œuvres d'art militaire, soit grâce à des expositions, soit, comme on peut le faire maintenant, sur Internet, plus il deviendra manifeste que la guerre n'a pas eu seulement des répercussions sur la nation, mais qu'elle a été le creuset dans lequel s'est forgé l'art canadien.

Les femmes à la guerre et artistes de guerre

Les femmes artistes ont pour la plupart été embauchées pour peindre le travail des femmes, mais au cours de la Première Guerre mondiale, le monde du travail a évolué, des milliers de femmes occupant des emplois habituellement réservés aux  hommes. L'impressionnante représentation d'ouvrières remplissant des douilles dans une manufacture de munitions, œuvre de Mabel May, illustre les répercussions de la guerre sur la présence des femmes au travail, celles-ci assumant de nouvelles responsabilités pour soutenir l'effort de guerre. La peinture lyrique de Manly MacDonald, Jeunes paysannes en train de sarcler, illustre aussi la mesure dans laquelle les femmes ont remplacé les hommes partis au combat.

Trois services féminins ont été créés au cours de la Deuxième Guerre mondiale : le Service féminin de l'Armée canadienne, le Service féminin de la Marine royale du Canada et la Division féminine de l'Aviation royale du Canada. Les femmes, militaires et civiles, se voyaient confier de nouvelles tâches, par exemple la construction des avions, mais également d'autres fonctions plus traditionnelles comme le travail de bureau.

Molly Lamb a été la seule femme artiste de guerre officielle. Elle a illustré le travail du Service féminin de l'Armée canadienne outre-mer en 1945. Engagée par la Galerie nationale du Canada, Pegi Nicol MacLeod a, pour sa part, représenté des femmes des trois services féminins au travail à Ottawa en 1944 et 1945.

La filière québécoise

Les artistes qui sont nés ou qui ont vécu au Québec sont d'une importance primordiale eu égard aux œuvres que l'on peut admirer dans l'exposition Tableaux de guerre — chefs-d'œuvre du Musée canadien de la guerre. Sur les quelques soixante œuvres présentées, vingt sont dues au pinceau d'artistes qui sont étroitement associés à cette province. Si l'on exclut dix-sept œuvres d'artistes étrangers, 40 p. 100 des œuvres canadiennes restantes ont été réalisées par des peintres québécois. En fait, cette exposition vient étayer la théorie selon laquelle la communauté artistique québécoise a joué un rôle de premier plan dans l'évolution de l'art canadien au début du XXe siècle

Les artistes de la Première Guerre mondiale A.Y. Jackson, Maurice Cullen, Richard Jack, Arthur Lismer et Mabel May ont commencé leur carrière au Québec. Bien qu'ils n'y aient pas tous reçu leur formation, ils ont influencé des générations d'artistes de la province et du Canada. Parmi les artistes de la Deuxième Guerre mondiale figurant dans l'exposition qui ont habité et beaucoup travaillé au Québec, on peut citer Harold Beament, Albert Cloutier, Edwin Holgate, T.R. MacDonald, Pegi Nicol Macleod, Jack Nichols, Will Ogilvie, Moe Reinblatt et Campbell Tinning.

Sujets québécois

L'artiste belge Alfred Bastien a été affecté au célèbre Royal 22e Régiment pendant la Première Guerre mondiale. Des trois œuvres de cet artiste figurant dans l'exposition, À l'assaut, Neuville-Vitasse est la plus admirée. Le futur gouverneur-général Georges Vanier a affirmé qu'il était le soldat tenant le pistolet au premier-plan de l'œuvre. Le Royal 22e Régiment s'est également battu lors de la bataille de Courcelette (1916), à Ortona (1943), à Campobasso (1944) et à Carpiquet (1944). Le Three Rivers Regiment était à Ortona (1944), le Sherbrooke Fusiliers Regiment à Falaise (1944) et à Carpiquet (1944) et le Régiment de la Chaudière a combattu à Falaise (1944). Ces événements sont tous représentés dans l'exposition.

Les toiles montrent également comment la population québécoise a contribué à l'effort de guerre pendant les deux conflits. Les femmes qui remplissent des douilles dans la composition de Mabel May sont de Montréal. O'Kill Learmonth, qui a été décoré de la Croix de Victoria et qu'on voit également sur l'affiche de l'exposition, est né et a vécu à Québec, alors que le Canadien d'origine autochtone Lloyd George Moore était membre du Three Rivers Regiment.

- 30 -

Renseignements :
Nike Langevin
Chef des Communications
Musée McCord
Téléphone : (514) 398-7100, poste 251
nike.langevin@mccord.mcgill.ca

Cette exposition itinérante est réalisée par le Musée canadien de la guerre et le Musée canadien des civilisations.