Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Caricatures (1850-1900)

Par Karine Rousseau et Christian Vachon

La caricature est un art qui permet de critiquer la société et la politique, d'une manière unique. Les caricaturistes s'attaquent à un sujet en le tournant en dérision.

En Amérique du Nord, les premières caricatures reconnues comme telles on été réalisées par le brigadier-général de James Wolfe, à Québec, en 1759. Il s'agit de George Townshend (vers 1723-1807). Les deux hommes ne s'apprécient guère et Townshend, cherchant à nuire à la réputation du général, produit des caricatures qui le ridiculisent. Il fait circuler parmi les militaires ces caricatures qui se moquent notamment de la phobie de Wolfe pour la malpropreté et de son appétit pour les femmes. Le Musée McCord possède sept de ces caricatures. Ironiquement, lors de la bataille des plaines d'Abraham, Wolfe est blessé mortellement et c'est Townshend qui se retrouve à la tête de l'armée.

L'évolution de l'histoire de la caricature suit celle de la presse. Si entre 1752 et 1807, la presse ne présente pas d'illustrations d'humour, c'est d'abord et avant tout parce que la technologie permettant l'impression d'illustrations dans les périodiques n'est pas disponible au pays. La caricature ne fait son apparition qu'après 1807, alors qu'émergent les entreprises d'édition et d'imprimerie.

Il faut cependant attendre les années 1840 pour que des caricatures commencent à être publiées régulièrement.
Après 1858, et jusqu'en 1900, les périodiques et les journaux se multiplient. Les techniques d'impression et de gravure se perfectionnent rapidement, favorisant du même coup le développement de l'art de la caricature. (La gravure sur bois est remplacée par la photolithographie.)

Les pionniers

Entre 1850 et 1900, il arrive très souvent que les éditeurs et rédacteurs de périodiques produisent et publient eux-mêmes leurs propres caricatures.

C'est à l'Irlandais John Henry Walker (1831-1899), illustrateur et graveur, que nous devons les débuts de la publication régulière de caricatures au Canada. Ayant immigré au Canada en 1842, c'est en 1849, à Toronto, qu'il lance Punch in Canada, une réplique d'un périodique britannique du même nom. La revue cesse d'exister lorsque Walker tente de la publier sur une base hebdomadaire. The Jester, Grinchuckle et Diogenes sont d'autres revues humoristiques qu'il publie par la suite, mais qui ne survivent pas longtemps elles non plus.

Au Québec, c'est en 1863 qu'est publié le premier journal humoristique, La Scie. Fait étonnant et unique au pays, Jean-Baptiste Côté (1832-1907), qui signe alors les caricatures qui se retrouvent dans ce périodique, est condamné à la prison suite à la publication d'une caricature se moquant du travail d'un fonctionnaire. À partir de 1877, Hector Berthelot (1842-1895) publie Le Canard, à Montréal, un autre périodique humoristique, dans lequel on peut voir ses caricatures. James G. Mackay contribue aux magazines The Canadian Illustrated News et L'Opinion publique à Montréal et A. Leroux publie dans les mêmes journaux dans les années 1880. Du côté de Toronto, John W. Bengough (1851-1923) se fait connaître en publiant entre 1873 et 1894 la revue satirique Grip, dans laquelle se trouvent ses caricatures, aux côtés d'œuvres de plusieurs autres caricaturistes.

L'hebdomadaire The Canadian Illustrated News, publié à Montréal entre 1869 et 1883, et son pendant francophone L'Opinion publique, sont égayés par les illustrations humoristiques de plusieurs caricaturistes. Parmi les plus importants se trouvent Edward Jump (1832-1883) et Octave-Henri Julien (1852-1908). Ce dernier connaît un succès considérable avec ses caricatures politiques, notamment les « By-Town Coons » qui dépeignent les membres du cabinet Laurier. Ces caricatures sont publiées dans le Star, entre 1897 et 1900.

Sujets privilégiés

Les sujets traités par les caricaturistes sont variés et sont généralement influencés par l'actualité. Ils témoignent donc de la réalité sociale ou politique de l'époque.

Très souvent corrosives, les caricatures de la seconde moitié du 19e siècle véhiculent parfois aussi des stéréotypes, qui pourraient être jugés inacceptables aujourd'hui. En contrepartie, elles ont le mérite de nous laisser entrevoir le type de mentalité qui pouvait prévaloir à l'époque.

Parmi les thèmes exploités par les caricaturistes de cette époque, mentionnons des sujets politiques ou économiques, tels que la Confédération et la naissance du nationalisme canadien, les politiciens, comme John A. MacDonald et Wilfrid Laurier, les relations du Canada avec les États-Unis, les autochtones, les rébellions, les Métis, les politiques tarifaires, les compagnies ferroviaires ainsi que les scandales politiques comme celui du Canadien Pacifique. Les questions de société telles que la prohibition, la pauvreté, la maladie, les conditions de travail et les droits des personnes sont également des sujets de prédilection des caricaturistes.

Analyser et interpréter une caricature

Pour comprendre et être en mesure d'apprécier une caricature politique ancienne, il faut d'abord replacer l'événement dans son contexte politique global. Une caricature ancienne à l'extérieur de son contexte devient plus difficile à interpréter. La caricature est généralement publiée dans un périodique aux côtés des nouvelles du jour ou de la semaine. Une première observation de la caricature peut rapidement fournir des indices, mais selon la subtilité de la caricature, ce sont vraiment la connaissance de l'événement et l'accès aux informations contextuelles qui contribuent à la décoder et à en faire une pleine interprétation.

Plusieurs mécanismes ou stratégies sont utilisés par le caricaturiste pour faire passer son message. Il peut s'agir de l'analogie, de l'exagération, de la distorsion de la réalité ou encore de l'allusion à des personnages (mythiques, littéraires, etc.). Les mots peuvent aussi être porteurs de sens, comme plusieurs des caricatures contiennent à la fois des éléments visuels et textuels. Il peut s'agir de titres, de dialogues, de légendes, d'explications ou de commentaires. Enfin, les signes, les symboles, les stéréotypes, les dimensions et les nuances de teintes sont également des éléments à observer dans les caricatures. Par exemple, certains objets, animaux ou individus peuvent représenter une nation. Des stéréotypes, tels que l'homme d'affaires gras et arrogant et le travailleur maigrichon, peuvent être utilisés fréquemment. Les dimensions peuvent symboliser le pouvoir et le statut social et l'utilisation du noir pour colorer certains personnages peut sous-entendre qu'il s'agit de personnes mauvaises ou malveillantes.

Il est également important d'identifier les biais possibles du caricaturiste, qui peuvent influencer son œuvre. Il faut se demander, par exemple, si les préférences, la religion, l'appartenance ethnique, le statut économique, le sexe, les influences historiques, les valeurs personnelles et le statut matrimonial de l'auteur viennent teinter sa caricature. Une fois tous ces éléments repérés et analysés, la caricature devrait vous être dévoilée!

RÉFÉRENCES

Desbarats, Peter et Terry Mosher. The Hecklers. A History of Canadian Political Cartooning and a Cartoonists' History of Canada, Toronto, McClelland and Stewart, National Film Board of Canada, 1979.

Hou, Charles et Cynthia Hou. « Great Canadian Political Cartoons. 1820-1914 », Vancouver, Moody's Lookout Press, 1997.

Hou, Charles et Cynthia Hou. The Art of Decoding Political Cartoons. A Teacher's Guide, Vancouver, Moody's Lookout Press, 1998.

« Caricature politique », L'Encyclopédie canadienne, [en ligne]. [http://thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0001442] (page consultée le 9 août 2006).

« Dessin humoristique et bande dessinée », L'Encyclopédie canadienne, [en ligne]. [http://thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0001441] (page consultée le 9 août 2006).

« Bengough, John Wilson », Dictionnaire biographique du Canada en ligne.
[http://www.biographi.ca/FR/ShowBio.asp?BioId=42029&query] (page consultée le 9 août 2006).

« Berthelot, Hector », Dictionnaire biographique du Canada en ligne.
[http://www.biographi.ca/FR/ShowBio.asp?BioId=40092&query=berthelot] (page consultée le 9 août 2006).

Voir le sommaire 

Voir tous les artefacts (140)