Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

D'un scandale à l'autre, au bonheur des caricaturistes

Voir le circuit

Introduction:

Michèle Dagenais, Université de Montréal, 2007

Dès sa réélection en 1872, le gouvernement conservateur de John A. Macdonald (1815-1891) lance le projet de construction d'un chemin de fer transcontinental pour relier entre elles toutes les parties du Canada. Ce chemin de fer constitue la condition d'entrée de la Colombie-Britannique dans la Confédération. Macdonald accorde le lucratif contrat au Canadien Pacifique, qui prévoit une subvention de 30 000 000 dollars et 20 000 hectares de terre.

Or en avril 1873, le Parti libéral accuse le premier ministre d'avoir reçu 360 000 dollars de Hugh Allan (1860-1951), l'un des dirigeants du Canadien Pacifique, également armateur et financier, pour financer sa campagne électorale. Macdonald nie toute l'affaire. Coup de théâtre en juillet. Le Parti libéral publie dans les journaux ce télégramme de Macdonald à Allan : « Immédiat. Personnel. Ai besoin d'un autre 10 000. Sera la dernière fois que demande. Ne me laissez pas tomber. » Acculé au pied du mur, le premier ministre doit démissionner le 5 novembre 1873.

Toute l'histoire, baptisée « Scandale du Pacifique », atteste des nombreuses intrusions des milieux d'affaires dans la vie politique. Elle lancera la carrière de l'un des premiers grands caricaturistes canadiens, J. W. Bengough (1851-1923), qui profite du scandale pour créer l'hebdomadaire satirique Grip (1873-1894).

L'histoire va resurgir lors d'un autre scandale, celui des commandites. Plus de 100 ans après que le Parti conservateur eut été reconnu coupable de corruption, c'est au tour du Parti libéral du Canada d'être sur la sellette. Ce dernier, alors au pouvoir, est accusé d'avoir détourné des fonds publics à l'occasion d'une campagne promotionnelle. Lancé en 1997, le « programme des commandites » vise à accroître la visibilité du gouvernement canadien au Québec et à y consolider le sentiment d'appartenance nationale.

Des centaines de millions de dollars sont distribués par l'intermédiaire d'agences de publicité. Celles-ci en détournent une grosse partie pour la verser dans la caisse électorale du Parti libéral du Canada. La fraude, révélée lors d'une commission d'enquête en 2004-2005, implique des agences de publicité, des élus et des hauts fonctionnaires fédéraux. Le premier ministre Jean Chrétien (1934-) s'en sort indemne non sans avoir fait l'objet, comme Macdonald, de mordantes caricatures.

Ces deux exemples illustrent que des fraudes ont été commises par de hauts dirigeants du pays au nom de l'unité nationale. Prétendant répondre aux intérêts publics, leurs faits et gestes auront plutôt servi les intérêts privés de leur parti politique respectif. Ces deux cas attestent de la vulnérabilité des institutions politiques et du rôle crucial qu'a joué l'opinion publique, par l'intermédiaire des révélations publiées dans la presse et lors de commissions d'enquête.


II-46604.2
© Musée McCord
Photographie
Sir John A. Macdonald, politicien, Montréal, QC, 1877
Notman & Sandham
1877, 19e siècle
Gélatine argentique
15 x 10 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-46604.2
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

L'Écossais le plus célèbre dans l'histoire des débuts du Canadien Pacifique n'était pas un dirigeant de la compagnie, mais il fut le catalyseur du projet. Né à Glasgow en 1815, Sir John A. Macdonald arrive au Canada à l'âge de cinq ans. Après avoir étudié le droit à Kingston, en Ontario, il entre en politique avant d'avoir 30 ans, et mènera une vie politique active de 1844 jusqu'à sa mort en 1891. À la fin des années 1870, alors qu'il est le chef de l'opposition, il élabore une «politique nationale» pour regagner les élections et mettre de l'avant le développement du nouveau Dominion du Canada. Sa politique prône la colonisation des Prairies de l'Ouest, la promotion de l'industrie manufacturière dans l'Est et la construction d'un chemin de fer transcontinental pour relier le pays d'un océan à l'autre. Réélu premier ministre en 1878, Macdonald octroie rapidement une charte à la Compagnie de chemin de fer du Canadien Pacifique.

Quoi:

Sir John Alexander Macdonald fut le premier premier ministre du Canada de 1867 à 1873, il fut également reporté au pouvoir de 1878 à 1891.

Où:

Cette photographie fut prise en 1877 dans l'est du Canada. Neuf ans plus tard, Macdonald et son épouse prendront le nouveau chemin de fer pour la première fois jusqu'à l'océan Pacifique.

Quand:

La photographie date de 1877, année précédant la réélection de Macdonald au poste de premier ministre.

Qui:

Macdonald fut la force politique derrière la construction du CP. Sans son appui, et l'aide financière opportune du gouvernement, le chemin de fer n'aurait peut-être jamais vu le jour.

MP-0000.25.984
© Musée McCord
Photographie, diapositive sur verre
Pont sur chevalets du Chemin de fer Pacific Great Eastern, canyon de la rivière Cheakamus, au nord de Squamish, C.-B., vers 1920
Anonyme - Anonymous
Vers 1920, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
8 x 10 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.25.984
© Musée McCord

M987.253.369
© Musée McCord
Impression (photomécanique)
Carte indiquant le chemin de fer du Canadien Pacifique
H. Belden Co. (Publisher - éditeur)
1881, 19e siècle
Encre et encre de couleur sur papier - Chromolithographie
9.5 x 29.3 cm
Don de Mr. Colin McMichael
M987.253.369
© Musée McCord

I-10825.1
© Musée McCord
Photographie
Hugh Allan, Montréal, QC, 1864
William Notman (1826-1891)
1864, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
8.5 x 5.6 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-10825.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Comme tant de figures importantes dans l'histoire du CP, Sir Hugh Allan (1810-1882) était Écossais. Né à Saltcoats, Ayrshire, d'un père capitaine de navire, il émigre au Canada en 1826 et fait fortune dans le domaine du transport maritime. Dès 1870, il est reconnu comme l'homme le plus riche du pays. Fait chevalier en 1871, il obtient l'année suivante du gouvernement de Sir John A. Macdonald le contrat pour la construction du chemin de fer jusqu'à l'océan Pacifique. Mais en 1873, la nouvelle affirmant que le parti de Macdonald avait reçu d'Allan une grosse somme d'argent mène au «scandale du Pacifique» et à la défaite du gouvernement Macdonald. Lorsque débutera la construction du CP en 1881, Allan n'obtiendra finalement aucun contrat.

Quoi:

Cet homme au regard d'acier est Sir Hugh Allan, grand magnat canado-écossais de la navigation, photographié à Montréal, siège social de son empire commercial.

Où:

«Ravenscrag», la somptueuse demeure de Sir Hugh Allan à Montréal, aurait été inspirée de la maison de campagne du marquis de Lorne située dans le comté d'Ayrshire, en Écosse, également appelée «Ravenscrag».

Quand:

Ce portrait date de 1864 alors qu'Allan est âgé de 54 ans, soit sept ans avant sa nomination au titre de chevalier.

Qui:

Allan est habituellement considéré comme le méchant dans l'histoire du «scandale du Pacifique» de 1873, mais il fut aussi un grand pionnier dans le domaine de l'expédition transatlantique.

M994X.5.273.68
© Musée McCord
Impression
« Après la session » ou « La situation »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.68
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Le 2 avril 1873, l'hon. L. S. Huntington, député de Shefford, allégua devant la Chambre des communes que sir John A. Macdonald avait vendu à sir Hugh Allan la charte du futur chemin de fer Canadien Pacifique en échange d'une importante somme d'argent qui avait servi de fonds de corruption lors de l'élection générale précédente. Peu après cette sortie, et avant que l'on décide de mener une enquête à ce sujet, les travaux furent suspendus (le 23 mai) jusqu'au 13 août. La caricature évoque avec humour l'attitude de l'opposition, représentée par l'hon. A. Mackenzie, envers le gouvernement mis en accusation durant le « congé ». (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 31 mai 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.69
© Musée McCord
Impression
« Le Laocoon canadien » ou « Virgil parlant de la situation politique »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.69
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

En 1873, un scandale politique défraie les manchettes au Canada. Au mois d'avril, les libéraux accusent les conservateurs de corruption. Le premier ministre John A. Macdonald (1815-1891) est soupçonné d'avoir accepté une importante somme d'argent de Hugh Allan (1810-1882), président de la compagnie Canada Pacific Railway, pour financer sa campagne électorale de 1872. En échange de ce « pot-de-vin », il aurait promis d'accorder à cette compagnie le contrat de la construction du chemin de fer devant relier l'est du Canada à la Colombie-Britannique. En juillet, une preuve est publiée dans les journaux : un télégramme du premier ministre implorant Hugh Allan de lui fournir une somme d'argent.

Cette caricature datant de juillet 1873 fait une analogie entre la récente révélation des événements entourant le scandale du Pacifique et la mort tragique de Laocoon, un personnage de la mythologie grecque. Hugh Allan y joue le rôle principal, c'est-à-dire celui de Laocoon. D'après le poème l'Énéide de Virgile, Laocoon est un prêtre troyen s'étant attiré la colère d'Apollon et qui périt étranglé par des serpents, avec ses deux fils. Le premier ministre conservateur John A. Macdonald et Francis Hincks (1807-1885), alors ministre des Finances, sont représentés ici comme les « fils » d'Allan.

Quoi:

La traduction de la légende se lit comme suit : « Voyez! Deux serpents (peut-être du pays des Yankees) ondulent ensemble sur le sol, et tandis qu'éclatent devant de juteux scandales, ils ne cessent de s'entortiller encore et encore, laissant de longues traces derrière eux! Pendant ce temps, l'opposition se réjouit, John A. rit jaune et - tout le monde connaît la suite! »

Où:

La caricature est publiée à Toronto dans l'hebdomadaire Grip, journal satirique fondé dans la foulée du scandale du Pacifique en 1873, par l'artiste John Wilson Bengough (1851-1923).

Quand:

Au moment où la caricature est publiée, le gouvernement de John A. Macdonald, auquel appartient le ministre des Finances Francis Hincks, n'a pas encore démissionné.

Qui:

Au centre de la caricature se trouve sir Hugh Allan, le plus important financier au Canada qui a fait fortune dans le commerce maritime avec sa compagnie, Allan Line. Le premier ministre Macdonald se trouve à sa gauche, et Francis Hincks, le ministre des Finances, se tient à sa droite.

M994X.5.273.70
© Musée McCord
Impression
Va-t-il lui arriver malheur? Le fameux numéro maintenant dans l'arène du cirque politique
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
25.3 x 31.5 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.70
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

La légende de cette caricature permet d'en comprendre la signification. Les facéties du clown faisaient référence à l'attitude du Globe durant le tumulte causé par le « scandale », son désir le plus cher étant de voir le héros tomber en bas de sa monture. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 26 juillet 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.72
© Musée McCord
Impression
« N'est-ce pas là un mets raffiné à offrir à un roi? »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.72
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Cette caricature pourrait sans doute se passer de commentaires. Les visages des « merles noirs » dans la tourte sont ceux de l'hon. M. Langevin, (membre influent du gouvernement Macdonald), sir Hugh Allan, James Beaty (qui représente le « chef »), sir John A. Macdonald, sir Francis Hincks, Oncle Sam et T. C. Patteson (représentant le journal Mail). C'est à Messieurs Blake et Mackenzie que revenait la tâche de présenter le mets raffiné au Parlement. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 9 août 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.73
© Musée McCord
Impression
« Où allons-nous ainsi à la dérive? »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.73
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

En 1873, un scandale politique impliquant le gouvernement de John A. Macdonald (1815-1891) éclate au Canada. En août, une commission royale est instituée afin de faire la lumière sur cette affaire.

Dans une caricature qu'il publie à cette période, John Wilson Bengough (1851-1923) représente John A. Macdonald malmenant Miss Canada, un personnage souvent utilisé par les caricaturistes pour représenter le pays. Le bras tendu vers le ciel, Macdonald affirme que ses mains sont propres. En effet, Macdonald prétend ne pas avoir bénéficié personnellement de l'argent versé par le richissime Hugh Allan (1810-1882), président de la compagnie Canada Pacific Railway, en échange du contrat de construction du chemin de fer transcontinental.

Pourtant, dans cette caricature, la paume de la main de Macdonald n'est pas « propre ». On peut en effet y lire l'inscription : « Envoyez-moi un autre 10 000 ». En fait, ce bout de phrase est extrait d'un télégramme de Macdonald adressé à Allan qui constitue la preuve la plus sensationnelle de toute l'affaire : « Il me faut un autre montant de dix mille; ce sera ma dernière demande; ne me décevez pas; répondez aujourd'hui. » Ces mots sont lus à la Chambre des communes par les députés de l'opposition et sont publiés dans les journaux.

Quoi:

Comme l'indique le document qu'il tient dans la main, où l'on peut lire « Prorogation et annulation de l'enquête », Macdonald tente de repousser le plus possible l'enquête qu'exigent les députés de l'opposition. Il fait ajourner le Parlement entre le 3 et le 13 août.

Où:

La caricature est publiée à Toronto dans le journal satirique Grip le 16 août 1873, deux jours après qu'une commission royale d'enquête a été instituée pour faire la lumière sur les allégations de corruption.

Quand:

Lorsque le scandale du Pacifique éclate en juillet 1873, John A. Macdonald affirme avoir oublié certains événements. Le caricaturiste semble expliquer ses trous de mémoire en partie par son penchant pour l'alcool, comme le laisse supposer la bouteille dans sa poche de veston.

Qui:

Miss Canada, que John A. Macdonald écrase de son pied, est accompagnée d'un castor, l'emblème du Canada rappelant la traite des fourrures.

M994X.5.273.74
© Musée McCord
Impression
Les beautés d'une commission royale. « Quand allons-nous nous rencontrer de nouveau tous les trois? »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.74
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Le 14 août 1873, une commission royale est instituée dans le but de faire la lumière sur les allégations de corruption portées en avril contre le gouvernement conservateur par Lucius Seth Huntington (1827-1886), homme d'affaires alors député libéral des Cantons de l'Est. Le « scandale du Pacifique » bat son plein.

Une commission royale est une sorte d'enquête officielle qui traite d'une question d'intérêt public. Au niveau fédéral, c'est au cabinet de la constituer, de définir son mandat, ses pouvoirs et de nommer ses commissaires. Ses conclusions sont présentées au cabinet et au premier ministre, qui doivent ensuite y réagir. Généralement, une commission royale est perçue par le public comme prestigieuse et respectable.

Dans le cas de la commission royale de 1873, c'est une tout autre histoire. Cette commission a très mauvaise réputation. D'après les journaux et l'opinion publique, les commissaires choisis par le gouvernement de John A. Macdonald (1815-1891) ne sont pas neutres. En effet, connaissant ces trois juges et sachant qu'ils seraient complaisants envers son gouvernement, Macdonald a insisté pour que soient nommés Antoine Polette (1807-1887), James Robert Gowan (1815-1909) et Charles Dewey Day (1806-1884). Il est vrai que ces commissaires se montreront partiaux et qu'aucune véritable opinion « juridique » n'e sera énoncée dans leurs conclusions. Le manque de crédibilité de la commission attise le mécontentement du public et donne des armes aux opposants du gouvernement. En novembre 1873, John A. Macdonald est forcé de démissionner.

Quoi:

En représentant le juge, l'avocat et l'accusé sous les mêmes traits, le caricaturiste laisse entendre que John A. Macdonald est à la fois « juge et partie », puisqu'il fait nommer des commissaires « amis » lors de la commission royale sur le scandale du Pacifique.

Où:

La caricature paraît dans Grip, une revue hebdomadaire satirique créée par le caricaturiste John Wilson Bengough (1851-1923) au lendemain de la mise au jour du scandale du Pacifique.

Quand:

Cette caricature a été publiée le 23 août 1873, neuf jours après que la commission royale a été instituée.

Qui:

Comme le démontre bien cette caricature, ironiquement, c'est le gouvernement de John A. Macdonald, toujours au pouvoir en août 1873, qui doit recevoir les conclusions des commissaires et y réagir en adoptant certaines mesures.

M994X.5.273.75
© Musée McCord
Impression
En attendant Huntington!
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.75
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

L'hon. Monsieur Huntington avait refusé de reconnaître la légitimité de la commission royale nommée par le gouvernement accusé et d'y présenter sa cause. La presse conservatrice imputa le motif de ce refus à la peur, et aux yeux de ses amis, sir John adoptait l'attitude illustrée dans la caricature. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 30 août 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.76
© Musée McCord
Impression
L'exubérant forain. Barnum veut acheter le « scandale du Pacifique »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.76
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Le scandale du Pacifique éclate en avril 1873. Il révèle que le premier ministre John A. Macdonald (1815-1891) a accepté une importante somme d'argent de Hugh Allan (1810-1882), président de la compagnie Canada Pacific Railway, pour financer sa campagne électorale de 1872. En juillet, les membres de l'opposition font publier dans les journaux des télégrammes et des lettres qui constituent la preuve du scandale. L'affaire fait couler beaucoup d'encre et finit par ressembler à un véritable « cirque médiatique ».

Au cours de la même période, le célèbre cirque de l'Américain Phineas Taylor Barnum (1810-1891), le P.T. Barnum's Museum, Menagerie and Circus, reconnu comme « le plus grand spectacle sur terre », est de passage au Canada.

Cette caricature veut montrer l'absurdité de la situation. L'auteur imagine que Barnum, qui attire aussi largement l'attention de la presse, est très inspiré par le scandale se déroulant dans « l'arène » politique canadienne et souhaite en acheter les droits. Le caricaturiste se plaît aussi à mettre en scène son propre hebdomadaire, le Grip, lui faisant tenir pavillon dans le cirque de Barnum.

Quoi:

Barnum est représenté aux côtés de Miss Canada, un personnage souvent utilisé par les caricaturistes pour illustrer le jeune pays. Un castor, emblème du Canada rappelant la traite des fourrures, l'accompagne.

Où:

La caricature est publiée à Toronto, dans le Grip. John Wilson Bengough (1851-1923) publie dans cette revue satirique des caricatures se moquant du scandale du Pacifique.

Quand:

La caricature est publiée le 13 septembre 1873, moins d'un mois avant la démission du gouvernement de John A. Macdonald.

Qui:

Un groupe de politiciens se tient derrière Barnum. On retrouve notamment John A. Macdonald (les bras croisés), certains membres de son gouvernement, dont James Beaty (1798-1892), et des députés de l'opposition tels qu'Alexander Mackenzie (1822-1892), Edward Blake (1833-1912) et E. B. Wood (1820-1882).

M994X.5.273.77
© Musée McCord
Impression
Salissage et blanchissage. Illustration des récents discours de l'opposition et des agissements de la joyeuse commission royale
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
25.3 x 31.5 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.77
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

« Illustration », comme le dit la légende, « des récents discours de l'opposition et des agissements de la joyeuse commission royale ». Les réformistes, il va sans dire, ne rataient pas une occasion de salir sir John, alors qu'il était clair que les commissaires royaux et la presse conservatrice s'employaient à le blanchir. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 20 septembre 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.78
© Musée McCord
Impression
« Nous, du Canada, semblons avoir perdu toute notion de justice, d'honneur et d'intégrité »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.78
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Voilà ce qu'a déclaré le Mail, principal organe de presse conservateur, le 26 septembre. Grip a voulu souligner cette lugubre confession par une illustration inspirée du sujet de l'heure. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 27 septembre 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.79
© Musée McCord
Impression
« Des progrès favorables »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.79
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Un aperçu de l'état d'esprit des chefs réformistes durant la période intéressante de l'« indisposition » politique de sir John Macdonald. En regardant vers la chambre à coucher, le lecteur attentif pourra même apercevoir le « pauvre premier ministre ». (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 4 octobre 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.80
© Musée McCord
Impression
Répétition en vue du 23 courant
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
25.3 x 31.5 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.80
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Cette caricature illustrait l'état d'esprit des chefs des deux partis à l'approche de ce qui était considéré comme la date décisive. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 11 octobre 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.81
© Musée McCord
Impression
« Va-t-il réussir son numéro? »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
25.3 x 31.5 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.81
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Voilà la question qui brûlait toutes les lèvres dans l'intervalle entre la prorogation de la Chambre des communes le 13 août et le jour fixé pour la reprise des travaux le 23 octobre. Le présage annoncé par l'extrême petitesse du cerceau du clown s'est effectivement réalisé. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 18 octobre 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.83
© Musée McCord
Impression
« Que nul ne parle de prendre courage! Discourons du tombeau, de ses vers, d'épitaphes »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.83
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

« Que nul ne parle de prendre courage!
Discourons du tombeau, de ses vers, d'épitaphes » - Shakespeare

Cette image est très représentative de la profonde affliction dans laquelle fut plongé le Parti conservateur lorsqu'il fut défait après un règne de près de 20 ans.



(Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 1er novembre 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.84
© Musée McCord
Impression
L'école de Miss Canada (dédié au nouveau premier ministre)
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
25.3 x 31.5 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.84
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

En 1873, le scandale du Pacifique secoue le monde politique canadien. John A. Macdonald (1815-1891), chef du Parti conservateur, a accepté l'argent versé par Hugh Allan (1810-1882) pour financer sa campagne électorale en échange du contrat de construction du chemin de fer transcontinental devant relier l'est du Canada à la Colombie-Britannique.

Le scandale éclate en avril et la preuve est publiée dans les journaux en juillet. En août, une commission royale est instituée par John A. Macdonald lui-même, mais celle-ci est fortement critiquée pour son manque de crédibilité. En novembre, le gouvernement de Macdonald est forcé de démissionner. Lord Dufferin (1826-1902), le gouverneur général, demande alors à Alexander Mackenzie (1822-1892) de former le nouveau gouvernement. Cette caricature illustre ce moment.

Assis aux côtés de Miss Canada (représentant le jeune pays), Lord Dufferin joue le rôle de l'instituteur dirigeant une classe d'« élèves » qui sont pour la plupart des députés fédéraux. Il met en garde Alexander Mackenzie, lui assurant qu'au moindre faux pas, il lui réservera le même sort qu'à John A. Macdonald, c'est-à-dire qu'il lui fera porter le bonnet d'âne.

Quoi:

Des détails dans cette caricature rappellent les événements récents. Sur le pupitre de l'instituteur se trouve une feuille sur laquelle sont inscrits : « Scandale du Pacifique » et « Résignation ». Au mur, il est possible de lire : « Maximes. L'honnêteté est la meilleure politique. Ne dites jamais de mensonge. Dites la vérité ».

Où:

La caricature est publiée à Toronto, dans Grip, une revue hebdomadaire satirique créée par le caricaturiste John Wilson Bengough (1851-1923).

Quand:

Cette caricature est publiée en novembre 1873, au moment où Mackenzie forme le nouveau gouvernement et avant qu'il ne convoque des élections pour février 1874.

Qui:

Parmi les hommes qui se tiennent face à Lord Dufferin et Miss Canada se trouvent des membres du nouveau gouvernement libéral, tels que le premier ministre Alexander Mackenzie, Edward Blake (1833-1912), George Brown (1818-1880) et E. B. Wood (1820-1882). Les conservateurs John A. Macdonald, Hector Louis Langevin (1826-1906), James Beaty (1798-1892) et Francis Hincks (1807-1885) sont aussi représentés.

M994X.5.273.88
© Musée McCord
Impression
« Le tueur de géant de la politique » ou « Le Canada d'abord »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.88
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Le mouvement « Canada First » (Canada d'abord), visant à promouvoir un sentiment d'idéal national et à éliminer les querelles entre les partis politiques, a été lancé à peu près à cette époque. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 13 décembre 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.90
© Musée McCord
Impression
« Le pâté de Noël »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
25.3 x 31.5 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.90
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Voici la surprise que le Père Noël réservait aux réformistes. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 27 décembre 1873

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.92
© Musée McCord
Impression
Le cruel objet de la « dissolution »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
25.3 x 31.5 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.92
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Lors de son arrivée au pouvoir, Monsieur Mackenzie, appuyé par ses collègues, a plaidé en faveur de la dissolution du Parlement. Cela s'est effectivement produit, dans le dessein, comme le suggère la caricature, de maintenir sir John et ses collègues à bonne distance. (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 10 janvier 1874

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M994X.5.273.104
© Musée McCord
Impression
Passe-temps du Pacifique ou Une « route difficile »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
25.3 x 31.5 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.104
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Le gouvernement réformiste reprit en main le projet du chemin de fer du Canadien Pacifique, mais en prenant soin d'élaborer une nouvelle politique à cet égard. Sir John Macdonald avait promis à la nation que la construction du chemin de fer serait terminée en dix ans. Qualifiant cela d'impossibilité physique, Monsieur Mackenzie proposa, comme l'indique la caricature, « de franchir la distance par étapes raisonnables, vous savez! ». (Extrait de: Bengough, John Wilson, A Caricature History of Canadian Politics: Events from the Union of 1841, as Illustrated by Cartoons from "Grip", and Various Other Sources, Toronto, The Grip Printing and Publishing Co, 1886.)

Caricature originellement publiée dans Grip, 16 mai 1874

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M993X.5.867
© Musée McCord
Impression
Mort à la corruption, longue vie à l'honnêteté et à l'intégrité
G. Gascard
7 février 1874, 19e siècle
Encre sur papier journal - Photolithographie
40 x 28 cm
M993X.5.867
© Musée McCord

M982.530.5323
© Musée McCord
Impression
La mauvaise humeur de la Colombie-Britannique
Henri Julien
9 septembre 1876, 19e siècle
Encre sur papier - Photolithographie
39.2 x 28.4 cm
M982.530.5323
© Musée McCord

M994X.5.260
© Musée McCord
Impression
La politique ferroviaire du Québec : « En voiture pour l'Ouest! »
Henri Julien
18 décembre 1875, 19e siècle
Encre sur papier journal - Photolithographie
28.2 x 39.7 cm
M994X.5.260
© Musée McCord

M988.176.81
© Musée McCord
Dessin, caricature
Les scandales
Aislin (alias Terry Mosher)
Février 5, 1988, 20e siècle
Crayon feutre et encre sur papier
22.2 x 24.7 cm
Don de Mr. Terry Mosher
M988.176.81
© Musée McCord

M2003.143.127
© Musée McCord
Dessin, caricature
Le programme de commandites a permis de neutraliser les souverainistes, selon Chrétien
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Mine de plomb et papier journal - Collage
43.2 x 35.5 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.127
© Musée McCord

M2003.143.157
© Musée McCord
Dessin, caricature
Les libéraux organisent un souper à 10 000$ avec Chrétien
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Mine de plomb sur papier - Collage
43.2 x 35.5 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.157
© Musée McCord

M2002.131.37
© Musée McCord
Dessin, caricature
Denis Coderre considère le sport comme un support de l'unité canadienne
Serge Chapleau
2001, 21e siècle
Mine de plomb sur papier
43.4 x 35.8 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2002.131.37
© Musée McCord

M2003.143.166
© Musée McCord
Dessin, caricature
La photocopieuse Groupaction 3 fois plus rentable
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Mine de plomb sur papier - Collage
43.2 x 35.5 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.166
© Musée McCord

M2003.143.54.1
© Musée McCord
Montage, caricature
550,000$ pour un rapport fédéral introuvable
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Encre en poudre sur papier - Dessin à l'ordinateur
29.7 x 42 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.54.1
© Musée McCord

M2003.143.108
© Musée McCord
Dessin, caricature
La multiplication des rapports
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Mine de plomb sur papier
43.2 x 35.5 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.108
© Musée McCord

M2005.166.44
© Musée McCord
Dessin, caricature
Chuck Guité arrêté
Serge Chapleau
2004, 21e siècle
Mine de plomb sur papier
43.2 x 33.6 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2005.166.44
© Musée McCord

M2003.143.33.1
© Musée McCord
Montage, caricature
Suivant, Next !
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Encre en poudre sur papier - Dessin à l'ordinateur
29.7 x 42 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.33.1
© Musée McCord

M2003.143.130
© Musée McCord
Dessin, caricature
À ce moment-ici, voici mes huit commandements préparés en trois copies
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Mine de plomb sur papier
43.2 x 35.5 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.130
© Musée McCord

M2005.166.41
© Musée McCord
Dessin, caricature
Meilleur acteur de soutien pour sa performance dans le film " C'est la fête à Boulay "
Serge Chapleau
2004, 21e siècle
Mine de plomb sur papier
43.2 x 33.5 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2005.166.41
© Musée McCord

M2003.143.13.1
© Musée McCord
Montage, caricature
Des élus de banlieue réagissent à l'affaire de corruption
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Encre en poudre sur papier - Dessin à l'ordinateur
29.7 x 42 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.13.1
© Musée McCord

M2003.143.147
© Musée McCord
Dessin, caricature
Plus de transparence
Serge Chapleau
2002, 21e siècle
Mine de plomb sur papier - Collage
43.2 x 35.5 cm
Don de M. Serge Chapleau
M2003.143.147
© Musée McCord

Conclusion:

Bibliographie

Beauregard, Yves. « Les grands scandales politiques d'hier à aujourd'hui », Cap-aux-Diamants, no spécial « Scandales », 83 (automne 2005), p. 36-39.

Creighton, Donald. Le premier premier ministre du Canada John A. Macdonald. Volume II. La naissance d'un pays incertain, Montréal, Les éditions de l'Homme, 1981 (1955), p. 140-160.

Dempsey, Hugh. The CPR West: The Iron Road and the Making of a Nation, Vancouver, Douglas and McIntyre, 1984, 333 p.

Finlay, J. L. et D. N. Sprague. « Scandal », dans The Structure of Canadian History, Scarborough, Prentice-Hall, 4e édition, 1993, p. 204-205.

Innis, Harold Adams. A History of the Canadian Pacific Railway, Toronto, University of Toronto Press, 1971, 365 p.

« Le train des pères de la Confédération, Scandales dans les coulisses du pouvoir », Les Archives de Radio-Canada, [en ligne].
[ http://archives.radio-canada.ca/IDC-0-17-1692-11638/politique_economie/scandales_politiques/clip1] (page consultée le 1er juin 2007)

Stewart, Gordon, T. « Political Patronage under Macdonald and Laurier 1878-1911 », American review of Canadian Studies, x (1980), p. 3-26.

Waite, P. B. Sir John A Macdonald, Markham, Ont., Fitzhenry & Whiteside, 1999, 64 p.

Waite, P. B. « Scandale du Pacifique », L'Encyclopédie canadienne, [en ligne].
[ http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=f1ARTf0006041] (page consultée le 1er juin 2007)


© Musée McCord Museum