Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

Sous l'oeil de la caméra, 1867-1896

Nora Hague, Musée McCord

Voir le circuit

Introduction:

Nora Hague, Musée McCord, 2003

L'oeil humain voit le monde en couleurs. Toutefois, durant ses premières décennies d'existence, l'art photographique n'était pas en mesure de rendre compte de cet aspect de la réalité. En effet, comme les émulsions en couleurs n'avaient pas encore été inventées, la photographie du XIXe siècle voyait le monde en noir et blanc (ou plutôt en beige et brun, car le papier albuminé utilisé à l'époque était d'un riche brun violacé).

Le mouvement présentait également un problème, car les émulsions photographiques réagissaient encore trop lentement à la lumière pour qu'il soit possible de croquer sur le vif un sujet qui n'était pas complètement immobile.

Par conséquent, la plupart des studios photographiques offraient les services d'un coloriste, un artiste dont le rôle consistait à ajouter de la couleur aux portraits, tout comme on le faisait pour les films en noir et blanc (colorisation).


I-42177
© Musée McCord
Photographie
Thomas Morland, Montréal, Qc, 1869-1870
William Notman (1826-1891)
Vers 1869-1870, 19e siècle
Plaque de verre au collodion humide
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-42177
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Pour offrir aux clients des images en couleurs, le service artistique avait recours à la peinture. La personne que l'on voit ici est Thomas Morland, l'un des gouverneurs de l'Hôpital général de Montréal, qui posait pour un portrait de format 8x10.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


N-0000.2.2
© Musée McCord
Photographie
Thomas Morland, Montréal, QC, photographie peinte, 1870
William Notman (1826-1891)
1870, 19e siècle
Papier albuminé
73 x 91 cm
Don du Montreal General Hospital
N-0000.2.2
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

À première vue, bien des gens pourraient croire que cette huile sur toile, montée dans un cadre doré et richement travaillé, est une véritable peinture. Toutefois, vous aurez peut-être remarqué qu'elle est en tous points identique au portrait de Thomas Morland. Au studio Notman, on appliquait une couche d'émulsion photosensible à même la toile, sur laquelle on tirait directement une épreuve négative à peine visible. C'est Edward Sharpe, l'un des artistes les plus talentueux du studio, qui a peint à l'huile, par-dessus l'image photographique, la version en couleurs du portrait. Le résultat a toutes les apparences d'une huile sur toile, et la mince couche d'émulsion photographique se trouvant entre la toile et la peinture passe très facilement inaperçue.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-23532.1
© Musée McCord
Photographie
Monsieur Hugh Allan, Montréal, Qc, 1866
William Notman (1826-1891)
1866, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
8 x 5 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-23532.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Les photographies pouvaient également être peintes à l'aquarelle. On voit ici Monsieur Hugh Allan, fils de Sir Hugh Allan, propriétaire de l'entreprise de navires à vapeur Allan. Le jeune garçon pose au studio, sa canne à pêche à la main.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


N-1981.16.1
© Musée McCord
Photographie
Monsieur Hugh Allan, Montréal, QC, photographie peinte, 1867
William Notman (1826-1891)
1867, 19e siècle
Papier albuminé
69 x 52 cm
Don de Mrs. Gertrude H. Bourne
N-1981.16.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

John Fraser, directeur du service artistique, a ajouté un décor montagneux en arrière-plan du portrait de Monsieur Hugh Allan. Ainsi, ce dernier apparaît près d'un cours d'eau, dans les montagnes écossaises.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


II-24437.1
© Musée McCord
Photographie
Mlle Legge, pour une photographie peinte, Montréal, Qc, 1876
Notman & Sandham
1876, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-24437.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Comme il était à l'époque très difficile de prendre des photos en plein air, on préférait de loin créer des scènes extérieures en studio. Cette façon de procéder était beaucoup plus confortable pour le client, et le photographe était mieux en mesure de maîtriser tous les aspects de l'opération. On pouvait maintenir la pièce à une température normale, et il n'était pas nécessaire de se rendre à la campagne en transportant un lourd équipement. Nous voyons ici Mlle Legge, appuyée sur un support de posture pour éviter de remuer la tête et le corps. Son foulard et le bord de sa jupe soulevés dans les airs avec de la ficelle, elle pose devant l'un des décors hivernaux peints du studio Notman.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


II-24591.1
© Musée McCord
Photographie
Mlle Legge, Montréal, Québec, photographie peinte, 1876
Notman & Sandham
1876, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-24591.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Nous voyons ici le résultat obtenu après que le service artistique du studio Notman ait terminé le portrait de Mlle Legge. Maintenant, on la voit debout dans la neige au milieu d'un blizzard, son foulard et le bord de sa jupe flottant au vent. À l'arrière plan, on a ajouté une clôture et encore de la neige, et la ficelle a été subtilement camouflée par des retouches.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-0.279
© Musée McCord
Photographie
Couple non identifié, Montréal, Qc, 1861
William Notman (1826-1891)
1861, 19e siècle
Plaque de verre au collodion humide
12 x 10 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-0.279
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Pour que chaque portrait soit différent, le service artistique réalisait diverses scènes peintes sur de larges écrans de toile montés sur roulettes, que l'on pouvait installer derrière les modèles. Ainsi, le décor pouvait passer d'une librairie à un paysage hivernal en un rien de temps. Ce couple a choisi une fenêtre, mais Notman a placé derrière celle-ci un autre décor. Dans version finale de la photographie, la partie superflue du deuxième écran a été supprimée.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-71700.1
© Musée McCord
Photographie
Esquisse préliminaire pour une épreuve composite du Marchand de Venise, Montréal, QC, 1872
William Notman (1826-1891)
1872, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-71700.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Les problèmes liés au mouvement et au temps d'exposition affectaient aussi la technique employée pour réaliser des photographies de groupe. S'il était difficile d'empêcher une seule personne de bouger, il devenait carrément impossible de faire en sorte que tout un groupe demeure immobile en même temps, à moins de procurer un support de posture à chaque modèle. Pour un groupe de cent cinquante raquetteurs posant sur le mont Royal, l'entreprise présentait d'insurmontables problèmes de logistique. La solution était la photographie composite, ancêtre du couper-coller informatique qu'on connaît aujourd'hui. Voici une ébauche créée par le service artistique du studio Notman, montrant la disposition générale d'une future image composite représentant les élèves d'une classe d'arts dramatiques jouant une scène tirée de la pièce Le Marchand de Venise, de Shakespeare.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-71746.1
© Musée McCord
Photographie
Mlle Cartier dans « Le Marchand de Venise », Montréal, Qc, 1872
William Notman (1826-1891)
1872, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-71746.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Voici Mlle Cartier, qui joue le rôle d'un avocat dans Le Marchand de Venise, vêtue de son costume. À droite et à gauche, on aperçoit clairement les supports de posture. Même si un paysage hivernal apparaît en toile de fond, l'arrière-plan n'a aucune importance, car l'image de la jeune fille sera par la suite découpée puis insérée dans la photo de groupe.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-71731.1
© Musée McCord
Photographie
Mlle Lusher dans « Le Marchand de Venise », Montréal, Qc, 1872
William Notman (1826-1891)
1872, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-71731.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Voici une camarade de classe de Mlle Cartier, Mlle Lena Lusher, qui joue le rôle de Portia, personnage qui se fait passer pour un avocat dans la pièce. Cette fois-ci, on a employé un autre type de support de posture, et l'arrière-plan est constitué d'une simple toile blanche.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-71784.1
© Musée McCord
Photographie
Monsieur G. MacPherson dans « Le Marchand de Venise », Montréal, QC, 1872
William Notman (1826-1891)
1872, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-71784.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Monsieur MacPherson fait aussi partie de la distribution, et le support de posture qu'on lui a fourni est semblable à ceux employés pour le portrait de Monsieur Prescott Esdaile.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-73197.1
© Musée McCord
Photographie
Épreuve composite du Marchand de Venise, Montréal, QC, 1872
William Notman (1826-1891)
1872, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-73197.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Après avoir pris séparément chacune des photographies, les membres du service artistique les ont soigneusement découpées et collées sur un arrière-plan où ils ont peint les détails architecturaux de la scène. La fenêtre, le trône, le mur derrière le groupe et la boîte posée au sol sont tous le fruit de l'imagination collective de ces artistes. Pouvez-vous distinguer Mlle Lusher, Mlle Cartier et Monsieur MacPherson ?

Les photographies composites ont souvent été critiquées parce qu'elles étaient « truquées », mais dans ce cas-ci, cela n'était pas tout à fait le cas. Comme la scène n'aurait pas pu être captée à l'endroit et au moment où elle s'est réellement déroulée, la seule façon de la montrer était de la recréer. Cette représentation par les élèves du Montreal High School a bel et bien eu lieu les 1er et 2 avril 1872, et Mlle Lusher a fait l'objet de critiques particulièrement élogieuses dans les journaux.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-11332.1
© Musée McCord
Photographie
Mme Niven et son bébé, Montréal, Qc, 1864
William Notman (1826-1891)
1864, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
8 x 5 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-11332.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Les images composites n'étaient pas réalisées strictement pour les grands groupes de personnes. On voit ici Mme Niven avec son bébé, un portrait tout ce qu'il y a de plus classique, agrémenté d'un arrière-plan ordinaire.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-12322
© Musée McCord
Photographie
Willie Niven, Montréal, Qc, 1864
William Notman (1826-1891)
1864, 19e siècle
Plaque de verre au collodion humide
12 x 10 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-12322
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Son fils Willie, toutefois, est photographié dans une position assez étrange pour un portrait : allongé sur un tapis en fourrure de renard, il tient son chapeau dans les airs, le bras appuyé sur un agenouilloir en tissu. De plus, l'arrière-plan est étrangement terne.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-13159.1
© Musée McCord
Photographie
Les deux enfants Niven, 1864
William Notman (1826-1891)
1864, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
8 x 5 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-13159.1
© Musée McCord

Description:

À notre connaissance, la première photographie composite réalisée par Notman date de 1864. Il s'agit de cette image toute simple, représentant dans un cadre pastoral un frère et une soeur assis sous un arbre touffu. Quelques autres suivront, empreintes de la même simplicité. Ce n'est qu'en 1870, lorsqu'il entreprend le Carnaval de patinage, que Notman étudie sérieusement cette technique.

Clefs de l'histoire:

Voici la raison de l'étrange posture de Willie : il posait pour une petite image composite familiale. Comme il s'agit ici de la première photographie composite connue du studio Notman, on comprendra pourquoi la technique n'est pas aussi au point que dans les portraits subséquents.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-45580.1
© Musée McCord
Photographie
Membres de la brigade de carabiniers photographiés pour une épreuve composite, Montréal, Qc, 1866-1867
William Notman (1826-1891)
1870, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
8 x 8 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-45580.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Dans une scène de groupe comportant de nombreuses personnes, celles qui se trouvent plus loin vers l'arrière doivent normalement paraître plus petites. On voit ici quelques-uns des membres d'une brigade de carabiniers qui sont destinés à être placés à l'arrière d'une photo composite ; leur image doit donc être plus petite que celle des autres. Notman a déplacé sa caméra à l'arrière du studio, loin du plateau et des soldats, de façon à réduire leur taille sur le négatif. Il nous permet ainsi, événement peu commun, d'apercevoir une partie de son équipement. En effet, parmi toutes les photographies que Notman a prises au cours de sa longue carrière, aucune ne porte sur les installations de son propre studio.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


I-79564.1
© Musée McCord
Photographie
F. Townsend, posant pour une photographie composite, Montréal, QC, 1872
William Notman (1826-1891)
1872, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
8 x 5 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-79564.1
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

M. Townsend pose ici pour une autre image composite, et on peut apercevoir sur la photo la partie latérale d'une grosse caméra de studio sur pied. C'est habituellement tout ce qu'on peut voir de l'équipement de Notman. En regardant attentivement, il est possible de distinguer le numéro 12 inscrit à l'envers près des pieds de M. Townsend. Ce chiffre permettra au service artistique de placer le personnage au bon endroit dans la photographie composite.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


VIEW-1582
© Musée McCord
Photographie
Toboggan au parc du Mont-Royal, Montréal, Qc, 1885
Wm. Notman & Son
1885, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-1582
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Pour des scènes d'action comme la piste de toboggan du mont Royal, le recours à l'image composite éliminait le problème du mouvement tout en permettant de retenir les aspects visuels de la scène. Autre avantage, chaque participant pouvait apparaître clairement sur la photo. Dans cette image, on peut voir la famille Notman dans la partie inférieure droite de la foule. Pour prendre cette photographie sur place, le photographe aurait été obligé d'utiliser une chambre noire portative - aménagée dans une tente ou un chariot - et au moins cinquante ou soixante supports de posture. Avec de la chance, tous les figurants seraient demeurés immobiles au même moment, et leur image serait apparue clairement sur le négatif. Mais tout ça était fort improbable.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


M967.103.3.1-2
© Musée McCord
Appareil photo
Vers 1897, 19e siècle ou 20e siècle
11.4 x 11.4 x 15.2 cm
Don de Mrs. Violet Lefèbvre
M967.103.3.1-2
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

L'introduction de la boîte photographique Kodak, inventée par George Eastman, a révolutionné le monde de la photographie. Les gens ont alors pu prendre leurs propres clichés sans faire appel à un professionnel. L'appareil qui coûtait 25 $, comprenait un étui en cuir, et pouvait contenir suffisamment de pellicule pour prendre cent photos. On envoyait ensuite la caméra à l'usine Kodak, où les films étaient développés, les épreuves tirées et les photographies montées. Enfin, la caméra était rechargée et retournée au client moyennant des frais de service de 10 $.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


II-129652.0
© Musée McCord
Photographie
Mme George Hague, « Cottage Rotherwood », plage de Métis, Qc, copiée en 1899
Henry John Hague
1899, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
12 x 17 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-129652.0
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

«Vous appuyez sur le bouton, et nous faisons le reste» était le slogan publicitaire de la société Kodak. La publicité disait aux gens qu'il leur était possible de créer eux-mêmes des images illustrant leur vie, et que cette chronique photographique leur serait de plus en plus précieuse à mesure que le temps passerait. Dorénavant libres d'immortaliser ce qui leur plaisait, les gens se sont mis à prendre une multitude de clichés, qui procuraient une vision du monde beaucoup plus décontractée qu'auparavant.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


MP-1976.175.2
© Musée McCord
Photographie
Baigneurs, Mlle Coles et sa soeur, Mme Badgeley, vers 1916
Anonyme - Anonymous
Vers 1916, 20e siècle
Gélatine argentique
8 x 10 cm
Don de Miss Dorothy Coles
MP-1976.175.2
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Les baignades, les excursions en bateau, les piques-niques, les animaux de compagnie favoris, les voyages à l'étranger, les bébés et les grands-parents étaient autant de sujets vers lesquels les gens aimaient pointer l'objectif de leur appareil Kodak.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


MP-0000.589.5006
© Musée McCord
Photographie
Isabel Marian Barclay, 4 ans, et son chien « Spark », Montréal, Québec, 1914
Anonyme - Anonymous
1916, 20e siècle
Gélatine argentique
8 x 13 cm
Don de Mrs. I. M. B. Dobell
MP-0000.589.5006
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Les épisodes de la vie personnelle, les saisons et les activités de loisir, bref, tout ce qui n'était pas considéré comme suffisamment important pour qu'on fasse appel à un photographe professionnel pouvait dorénavant être préservé sous forme d'images permanentes. Quand elle sera grande, cette enfant deviendra directrice du musée McCord.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


MP-1973.36.33
© Musée McCord
Photographie
Nelson Newberger et le R-100, Saint-Hubert, Québec, 1930
Nelson Newbergher
1930, 20e siècle
Gélatine argentique
8 x 10 cm
Don de Mr. Nelson Newbergher
MP-1973.36.33
© Musée McCord

Clefs de l'histoire:

Les photographes amateurs avaient leur propre sens de la composition et du style. Nelson Newberger voulait tout simplement prendre une photo de sa nouvelle motocyclette, mais il a du même coup immortalisé le dirigeable R-100 lors de sa visite au Canada.

Quoi:

Où:

Quand:

Qui:


Conclusion:

Le rôle du photographe professionnel a changé pour de bon lors de l'avènement, en 1888, d'un appareil photo permettant de réaliser des instantanés. Dès lors, les clients ont été libres de prendre leurs propres clichés. Quand ils voyageaient à l'étranger, ils n'avaient plus besoin d'acheter des photos réalisées par des professionnels.

Aujourd'hui, la photographie est presque une seconde nature. On se demande pourquoi il n'existe aucune photo de Napoléon ; savez-vous pourquoi ? Nous sommes photographiés et filmés tous les jours par des caméras de sécurité installées dans les banques, les stations de métro et les immeubles à bureau. Quand une personne dit qu'elle a vu les conditions de vie qui prévalent au Bangladesh, cela signifie habituellement qu'elle a vu des images télévisuelles, et non la réalité.

Les images nous parviennent de partout, des journaux, de la télévision et du cinéma, du magnétoscope et de l'ordinateur, favorisant ainsi la connaissance visuelle d'une multitude de gens, d'endroits et d'événements, et prouvant encore et toujours qu'une image vaut mille mots.

Rien de cela n'existerait sans les photographes, véritables pionniers du monde visuel, qui pratiquaient leur art avec lenteur et au moyen de lourds appareils.


© Musée McCord Museum