Sous l'oeil de la caméra, 1867-1896

Next 5Conclusion
Introduction I-42177 N-0000.2.2 I-23532.1 N-1981.16.1 II-24437.1 II-24591.1 I-0.279 I-71700.1
 

Introduction

Nora Hague, Musée McCord, 2003

L'oeil humain voit le monde en couleurs. Toutefois, durant ses premières décennies d'existence, l'art photographique n'était pas en mesure de rendre compte de cet aspect de la réalité. En effet, comme les émulsions en couleurs n'avaient pas encore été inventées, la photographie du XIXe siècle voyait le monde en noir et blanc (ou plutôt en beige et brun, car le papier albuminé utilisé à l'époque était d'un riche brun violacé).

Le mouvement présentait également un problème, car les émulsions photographiques réagissaient encore trop lentement à la lumière pour qu'il soit possible de croquer sur le vif un sujet qui n'était pas complètement immobile.

Par conséquent, la plupart des studios photographiques offraient les services d'un coloriste, un artiste dont le rôle consistait à ajouter de la couleur aux portraits, tout comme on le faisait pour les films en noir et blanc (colorisation).