Politiciens un jour, têtes de Turc toujours : Introduction à la caricature éditoriale

Introduction
5 suivantesConclusion
Introduction M998.48.179 M998.48.132 M998.51.207 M2003.143.127 M996.10.62 M999.81.21.1-2 M999.81.118 M998.51.183
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Dessin, caricature
Jacques Parizeau le dompteur de lion
Aislin (alias Terry Mosher)
1994, 20e siècle
Encre, crayon feutre et pigment blanc opaque sur papier
25.4 x 26 cm
Don de Mr. Terry Mosher
M998.48.132
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , dessin (18380) , Dessin (18637) , politique (général) (2228)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

"Jacques Parizeau est un personnage délicieusement rafraîchissant pour les caricaturistes. En effet, qu'on soit d'accord avec lui ou non, il dit toujours ce qu'il pense sans trop se soucier des conséquences, ce qui n'est pas le cas des autres politiciens. Ainsi, lorsque Parizeau était premier ministre du Québec dans les années 1990, presque tout ce qu'il disait était caricaturable, et cela n'a jamais été aussi vrai que lorsqu'il a insisté pour dire aux Américains sa façon de penser, ce qui a inspiré cette caricature de 1995."

Terry Mosher (alias Aislin)

  • Quoi

    Jacques Parizeau est l'un de ceux qui estiment qu'un Québec souverain pourrait faire face à l'économie américaine, voire aller jusqu'à en « dompter » la puissance. Par les pensées qu'elle prête au lion américain, la caricature fait écho au scepticisme de plusieurs : comment une petite nation comme le Québec, à la recherche de nouveaux capitaux, pourrait-elle tirer profit d'un adversaire capable de l'« avaler » d'un coup sans perdre son indépendance ?

  • Pendant les années 1980, l'élite politique du Québec a été favorable au traité de libre échange avec les Américains. Il existe ainsi une entente unanime entre les Robert Bourassa, Jacques Parizeau et Bernard Landry en ce qui concerne la capacité du Québec à tirer profit de l'abaissement des barrières tarifaires entre le Canada et les États-Unis. Dans les autres provinces, les forces politiques et économiques sont beaucoup plus partagées.

  • Quand

    À la suite de sa victoire électorale du 12 septembre 1994, Jacques Parizeau enclenche un processus référendaire afin de réaliser la souveraineté du Québec. Au cours de cette période menant au référendum de 1995 - que les souverainistes perdront de peu -, le premier ministre cherche à convaincre la population de la solidité des assises économiques du Québec.

  • Qui

    Jacques Parizeau a été ministre des Finances à l'époque de René Lévesque et premier ministre du Québec pendant un peu plus d'une année, entre 1994 et 1995. Indépendantiste reconnu, il est une figure dominante de l'aile radicale du Parti québécois.