Politiciens un jour, têtes de Turc toujours : Introduction à la caricature éditoriale

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
M984.306.1342 M994X.5.273.101 M993X.5.930 M2001X.6.43.6.10 M988.182.152 M994X.5.273.47 M994X.5.273.175 M2001X.6.43.6.82 M930.51.1.50
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Impression
Le discours du trône
Henri Julien
24 février 1877, 19e siècle
Encre sur papier journal - Photolithographie
39.8 x 28.6 cm
Don de Mr. Colin McMichael
M988.182.152
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , Impression (4091) , politique (10929)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

throne (1)
  
Abus signalé 

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le 8 février 1877, le discours du Trône prononcé par le gouverneur général Frederick Temple Blackwood, comte de Dufferin (1826-1902), inaugure la nouvelle session parlementaire. Le discours présente les préoccupations, les orientations et les objectifs du gouvernement libéral au pouvoir, alors dirigé par Alexander Mackenzie (1822-1892).

Les sujets traités dans le discours sont nombreux, comme en fait foi un article paru dans le journal The Canadian Illustrated News : le succès de la nouvelle police du Nord-Ouest, les négociations avec les autochtones du Nord-Ouest pour la cession du territoire et l'éventuelle création d'une Cour suprême font partie de ces sujets. L'arpentage en vue de la construction de la route du Canadien Pacifique, les rébellions du Nord-Ouest et les négociations avec le gouvernement de la Colombie-Britannique sur la construction du chemin de fer sont également abordés.

Dans cette caricature, le discours du Trône prend la forme d'une longue recette que s'apprête à concocter le premier ministre Mackenzie. Le chef de l'opposition John A. Macdonald (1815-1891) critique le « plat » qu'il s'apprête à préparer, le comparant à un ver solitaire, long, mais sans « substance ». Mackenzie lui répond de ne pas s'en faire, que justement, le « plat » qu'il prépare descendra aussi facilement qu'un ver solitaire! Le caricaturiste insinue ainsi que Mackenzie est confiant de voir la Chambre des communes voter en faveur du programme présenté dans ce discours. En fait, le discours du Trône est toujours suivi d'un débat qui se conclut par le vote de la Chambre, qui accorde ou non sa confiance au gouvernement.

  • Quoi

    Cette caricature se moque des paroles échangées entre Macdonald et Mackenzie après la lecture du discours du Trône. Macdonald avait en effet lancé d'un ton ironique que le discours était sans « substance ».

  • Le discours du Trône a lieu au Sénat, puisque le gouverneur général et les sénateurs ne sont pas admis à la Chambre des communes.

  • Quand

    Cette caricature est publiée le 24 février 1877 dans l'hebdomadaire The Canadian Illustrated News, quatre ans après la démission du gouvernement de Macdonald lors du scandale du Pacifique et avant sa réélection en 1878.

  • Qui

    Alexander Mackenzie (à droite), est le second premier ministre de l'histoire du Canada. Il occupe ce poste entre novembre 1873 et octobre 1878. En 1877, John A. Macdonald (à gauche) est chef de l'opposition conservatrice.