Politiciens un jour, têtes de Turc toujours : Introduction à la caricature éditoriale

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
M2001X.6.43.6.10 M988.182.152 M994X.5.273.47 M994X.5.273.175 M2001X.6.43.6.82 M930.51.1.50 M994X.5.273.107 M994X.5.273.160 M2005.166.151.1-2
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Dessin, caricature
Laurier le Grand - Et tous les autres petits
Rostap
1897, 20e siècle
Encre sur papier
31 x 18.5 cm
M2001X.6.43.6.82
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , dessin (18380) , Dessin (18637) , politique (10929)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

-1' (116), boer war (1), great war (1), ha.ha.ha. (1), jingoists (1), joseph chamberlain (1), laurier (6), lord salisbury (1), mon père (1), navy bill (1)
  
Abus signalé 

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

En 1897, Wilfrid Laurier (1841-1919), premier ministre du Canada, se rend en Grande-Bretagne à l'occasion du jubilé de diamant de la reine Victoria, soulignant ses 60 ans de règne. Il doit participer à la Conférence coloniale aux côtés des premiers ministres de dix colonies britanniques.

Au cours de ce voyage, Laurier recevra le titre de chevalier. Au départ, afin de respecter la tradition instaurée par les précédents premiers ministres libéraux, il ne désire pas être anobli. Par contre, comme tout est déjà organisé, il accepte finalement le titre pour ne pas être insolent. Mais cet honneur n'est pas totalement gratuit! Joseph Chamberlain (1836-1914), secrétaire d'État anglais aux Colonies, souhaite un empire uni et fort. Il espère convaincre le Canada de s'allier davantage à son pays, notamment pour la défense de l'Empire britannique. Laurier s'y oppose, même s'il respecte sincèrement la Grande-Bretagne et ses institutions. Il souhaite plutôt que le Canada, qui est alors le premier « Dominion » britannique, gagne de plus en plus d'autonomie.

Cette caricature publiée en août 1897 représente « sir » Wilfrid Laurier avant son retour au Canada, saluant Joseph Chamberlain, le premier ministre britannique Lord Salisbury (1830-1903), le prince de Galles et « John Bull », un personnage fictif représentant la Grande-Bretagne. Le gigantisme du personnage de Laurier veut sans doute évoquer son audace et sa détermination face aux représentants du pouvoir britannique.

  • Quoi

    La caricature illustre Laurier, à son départ pour le Canada, saluant le prince de Galles, Lord Salisbury et Joseph Chamberlain. John Bull, un personnage qui incarne la Grande-Bretagne, se tient derrière, portant la valise de Laurier.

  • Laurier se trouve sur un quai en Grande-Bretagne. Il s'agissait de son premier voyage outre-mer.

  • Quand

    En 1897, de nombreuses festivités soulignant les 60 ans de règne de la reine Victoria se déroulent en Grande-Bretagne, dans ses colonies et dans le Dominion du Canada.

  • Qui

    À l'époque, Wilfrid Laurier (1841-1919) est le premier ministre du Canada. Il est le premier francophone à occuper cette fonction depuis la Confédération (1867).