Politiciens un jour, têtes de Turc toujours : Introduction à la caricature éditoriale

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
M998.51.207 M2003.143.127 M996.10.62 M999.81.21.1-2 M999.81.118 M998.51.183 M986.286.47 M930.50.6.5 M930.50.7.492
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Dessin, caricature
Non M. Dion, les gens vous haïssent vraiment!
Serge Chapleau
1997, 20e siècle
Mine de plomb sur papier
43.1 x 35.6 cm
Don de M. Serge Chapleau
M999.81.118
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , dessin (18380) , Dessin (18637) , politique (10929)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

dion (2)
  
Abus signalé 

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

"C'est une caricature très méchante. En fait, je pense que c'est la plus méchante, un geste gratuit. M. Dion n'avait rien fait, n'avait été impliqué dans aucun événement fâcheux, sauf celui d'exister..."

Serge Chapleau

  • Quoi

    Quand Stéphane Dion accède au cabinet Chrétien en 1996, il se démarque très rapidement par un discours à la fois clair et « dur » à l'endroit des nationalistes québécois. Il réplique du tac au tac à toutes les critiques du régime fédéral formulées par les souverainistes québécois. Cette attitude souvent perçue comme arrogante lui vaudra une hostilité certaine de la part d'un grand nombre de francophones, comme en fait foi cette image de M. Dion en rat, en « petit rongeur » de l'aveu même du caricaturiste.

  • Si le ministre Stéphane Dion jouit d'une bonne réputation auprès des électeurs du Canada anglais, il en va tout autrement au sein de l'électorat francophone du Québec, en particulier dans les milieux nationalistes où l'on voit volontiers M. Dion comme l'incarnation des forces antagonistes.

  • Quand

    La courte victoire du camp du NON au référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec incite le premier ministre Chrétien à faire appel à Stéphane Dion pour développer un argumentaire fédéraliste plus consistant.

  • Qui

    Stéphane Dion, ancien professeur de sciences politiques de l'Université de Montréal, politicien libéral et ministre canadien des Affaires intergouvernementales de 1996 à 2003.