Le vêtement inuit : son art et ses techniques

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Ulu et aiguisoir
Anonyme - Anonymous
Arctique central
Inuit : Inuinnaq (Kilusiktormiut)
1900-1930, 20e siècle
8.5 x 8.5 cm
Don de l'Arctic Institute of North America
M21015.1-2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  aiguiseur (1)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

L'ulu, le couteau multifonctionnel de la femme inuite, est utilisé pour préparer et découper les peaux servant à la fabrication des vêtements et des chaussures. La couturière doit veiller à tenir l'ulu « bien droit au moment de tailler les peaux, car autrement, les bords ne pourront être cousus ensemble de manière appropriée », d'expliquer Lucy Meeko de Kuujjuaraapik, au Nunavik. D'ajouter Jeela Alikatuktuk Moss-Davies : « Il y a une certaine façon de découper la fourrure -- comme la bordure de l'amauti -- de façon qu'elle reste bien à plat mais qu'elle puisse être courbée au besoin. »

La couturière travaille avec un ulu tranchant comme une lame de rasoir, aiguisant la lame régulièrement avec un fusil à affiler ou un autre ulu. Autrefois, une pierre ou un os étaient utilisés. Dans le cas d'une peau dont les poils n'ont pas été enlevés, la couturière place la fourrure côté poil en dessous, tient l'ulu verticalement et commence à tailler avec le coin pointu de l'ulu pour découper la peau dans un mouvement souple en direction opposée à son corps. Elle soulève la peau suffisamment pour empêcher l'ulu de couper les poils du dessous car, dans un tel cas, les coutures et les points seraient visibles sur le vêtement terminé, et les poils endommagés retiendraient l'eau et la saleté.

  • Quoi

    Robert McGhee, Ph.D., du Musée canadien des civilisations, a confirmé que ce petit ulu est typique de ceux qu'utilisent les Kilusiktormiut pour découper et tailler les peaux. La soie a été insérée dans la poignée par un assemblage à tenon et mortaise (la soie et la poignée sont en andouiller), et la lame de métal a été fixée à la soie par trois rivets. La lame est aiguisée des deux côtés. Une dent d'ours, servant à aiguiser la lame, est attachée par du tendon tressé (singait).

  • Le territoire des Kilusiktormiut englobe les deux côtés de la baie du Couronnement, vers le nord jusqu'à l'île de Victoria et la côte sud de l'île Banks, et vers le sud jusqu'aux rivières qui mènent à Qurluqtuuq (Coppermine) et Umingmaktuuq (Bay Chimo).

  • Quand

    Des membres de l'Expédition arctique canadienne, dont l'équipe sud était dirigée par Diamond Jenness, ont parcouru la région de 1913 à 1918. Diverses expéditions, dont celle-ci, ont reçu en cadeau ou acquis au moyen du troc un grand nombre d'artefacts qui ont par la suite été confiés à des musées du monde entier.

  • Qui

    Cet ulu et son aiguisoir ont sans doute été fabriqués par un chasseur kilusiktormiut pour son épouse. Il est possible qu'au cours de ses expéditions de chasse dans le centre de l'Arctique, il ait rencontré des Inuits des régions de l'est et de l'ouest. Il peut avoir vu les motifs sibériens de cet ulu chez les Inupiat et les Yup'ik d'Alaska, ou les Inuvialuit vivant à Avvaq ou Qikiqtaruk.