D'un scandale à l'autre, au bonheur des caricaturistes

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
MP-0000.25.984 M987.253.369 I-10825.1 M994X.5.273.68 M994X.5.273.69 M994X.5.273.70 M994X.5.273.72 M994X.5.273.73 M994X.5.273.74
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Impression
« Le Laocoon canadien » ou « Virgil parlant de la situation politique »
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.69
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , Impression (4091) , politique (général) (2228)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

En 1873, un scandale politique défraie les manchettes au Canada. Au mois d'avril, les libéraux accusent les conservateurs de corruption. Le premier ministre John A. Macdonald (1815-1891) est soupçonné d'avoir accepté une importante somme d'argent de Hugh Allan (1810-1882), président de la compagnie Canada Pacific Railway, pour financer sa campagne électorale de 1872. En échange de ce « pot-de-vin », il aurait promis d'accorder à cette compagnie le contrat de la construction du chemin de fer devant relier l'est du Canada à la Colombie-Britannique. En juillet, une preuve est publiée dans les journaux : un télégramme du premier ministre implorant Hugh Allan de lui fournir une somme d'argent.

Cette caricature datant de juillet 1873 fait une analogie entre la récente révélation des événements entourant le scandale du Pacifique et la mort tragique de Laocoon, un personnage de la mythologie grecque. Hugh Allan y joue le rôle principal, c'est-à-dire celui de Laocoon. D'après le poème l'Énéide de Virgile, Laocoon est un prêtre troyen s'étant attiré la colère d'Apollon et qui périt étranglé par des serpents, avec ses deux fils. Le premier ministre conservateur John A. Macdonald et Francis Hincks (1807-1885), alors ministre des Finances, sont représentés ici comme les « fils » d'Allan.

  • Quoi

    La traduction de la légende se lit comme suit : « Voyez! Deux serpents (peut-être du pays des Yankees) ondulent ensemble sur le sol, et tandis qu'éclatent devant de juteux scandales, ils ne cessent de s'entortiller encore et encore, laissant de longues traces derrière eux! Pendant ce temps, l'opposition se réjouit, John A. rit jaune et - tout le monde connaît la suite! »

  • La caricature est publiée à Toronto dans l'hebdomadaire Grip, journal satirique fondé dans la foulée du scandale du Pacifique en 1873, par l'artiste John Wilson Bengough (1851-1923).

  • Quand

    Au moment où la caricature est publiée, le gouvernement de John A. Macdonald, auquel appartient le ministre des Finances Francis Hincks, n'a pas encore démissionné.

  • Qui

    Au centre de la caricature se trouve sir Hugh Allan, le plus important financier au Canada qui a fait fortune dans le commerce maritime avec sa compagnie, Allan Line. Le premier ministre Macdonald se trouve à sa gauche, et Francis Hincks, le ministre des Finances, se tient à sa droite.