Brasser de grosses affaires : Le Canada, 1896-1919

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Photographie
Élévateurs à grains et train, Claresholm, Alb., 1918
Wm. Notman & Son
1918, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-8570
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , industrielle (826) , Photographie (77678) , Train (188) , Transport (2518)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

1896 (1), claresholm (1)
  
Abus signalé 

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Entre 1896 et 1919, l'agriculture est la composante la plus importante du produit national brut au Canada. La production de blé, d'avoine et d'orge augmente en flèche. En 1896, le pays produit 55,7 millions de boisseaux de blé ; en 1919, il en produit 189 millions. Les exportations de blé et de farine - 97 millions de boisseaux en 1919 - assurent une place de premier plan au Canada sur le marché mondial des exportations, lui permettant même de dépasser d'autres grands producteurs de céréales comme l'Australie et l'Argentine. Transporter le grain en vue de l'exportation nécessite une infrastructure élaborée. Les élévateurs à grain du pays reçoivent les céréales des agriculteurs, les nettoient et les calibrent. On les transporte ensuite par trains jusqu'aux installations portuaires où on les charge sur des bateaux. Deux nouveaux chemins de fer transcontinentaux - le Canadian Northern et le Grand Trunk Pacific - sont construits au début du XXe siècle afin de transporter les produits destinés à l'exportation. En 1919, il y a au Canada 81 105 kilomètres de chemin de fer en exploitation. Des terminaux comme ceux de Port Arthur (maintenant Thunder Bay) et Montréal peuvent alors stocker jusqu'à 231,2 millions de boisseaux de grain. Des trains de marchandises spécialement conçus transportent le grain à travers la région des Grands Lacs jusqu'aux voies maritimes. Le prix du blé du Nord no 1, la catégorie de premier choix, devient le baromètre de la santé économique du pays.

  • Quoi

    Les élévateurs à grain qui ponctuent le paysage des Prairies sont des ouvrages de bois complexes contenant des convoyeurs à courroies, des trémies de nettoyage et des silos pour le stockage. L'élévateur à grain devient un symbole de la prospérité canadienne ; on reproduit son image sur les calendriers des banques et dans les imprimés destinés aux immigrants.

  • Le premier élévateur à grain est construit en 1881, à Gretna, au Manitoba, par la Ogilvie Milling Company. De plus grands élévateurs en béton sont installés dans les ports à partir des années 1880 ; en 1919, il existe de telles structures à Vancouver, Toronto et Montréal. Le Canada exporte bientôt son expertise dans le domaine du stockage du grain vers des pays aussi éloignés que l'Argentine.

  • Quand

    Ce boom de la production de céréales constitue un élément déterminant de la naissance de l'Ouest canadien. L'Alberta et la Saskatchewan deviennent des provinces en 1905. L'État doit réglementer le marché des céréales en construisant des élévateurs qui sont la propriété du gouvernement et en fusionnant les compagnies ferroviaires qui ont fait faillite pour former le Canadien National en 1920.

  • Qui

    Le marché des céréales provoque l'émergence de certaines des plus grandes entreprises canadiennes : le Canadien Pacifique (1881), la Canada Steamship Lines (1913) et la Ogilvie Flour Mills (1902). Il incite aussi les agriculteurs à lancer leur propre entreprise de stockage et de commercialisation (par exemple, la Saskatchewan Co-operative Elevator Co., en 1911).