Brasser de grosses affaires : Le Canada, 1896-1919

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
VIEW-1904 VIEW-11557.0 MP-1984.105.4 MP-1977.76.37 VIEW-3376 VIEW-17254 MP-0000.25.875 MP-0000.25.600 VIEW-24673
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Photographie
Hauts fourneaux, Sydney, Cap-Breton, N.-É, 1901
Wm. Notman & Son
1901, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-3376
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , industrielle (826) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À la fin du XIXe siècle, l'acier est un moteur de la nation. Les pays qui possèdent une industrie de l'acier sont ceux avec qui il faut compter. Les améliorations apportées à la production de ce métal - essentiellement en chassant les impuretés de la fonte brute à l'aide de jets d'air et de produits chimiques purifiants - permettent d'obtenir un matériau résistant mais malléable qui peut être utilisé dans la fabrication d'à peu près tout, des gratte-ciel aux navires de guerre. Les trains roulent sur des rails en acier et les soldats avancent armés de baïonnettes et de munitions en acier. Des hommes comme Andrew Carnegie et Frederich Krupp créent de vastes empires intégrés de l'acier qui s'étendent de la mine de charbon jusqu'aux laminoirs où l'on donne à l'acier en fusion des formes utiles. Les pays sans acier sont considérés vulnérables et manquant d'indépendance économique. Jusqu'aux années 1890, le Canada produit peu d'acier ; un manque de houille et de minerai de fer de bonne qualité, ainsi qu'une profusion d'acier d'importation à bon prix sur le marché n'incitent pas les industriels d'ici à en produire.

Les fusions d'entreprises et l'augmentation des tarifs douaniers relatifs à l'acier importé modifieront cette situation. Des aciéries sont implantées à Hamilton et à Sault Ste. Marie en Ontario, ainsi qu'à Sydney en Nouvelle-Écosse. À l'Algoma Steel Co. de Sault Ste. Marie et à la Dominion Iron and Steel de Sydney, ce sont les capitaux et l'expertise américains qui dominent ; toutefois, la Steel Company of Canada de Hamilton est créée en 1910 par des hommes d'affaires canadiens. Les résultats sont spectaculaires : en 1910, le Canada produit 29 000 tonnes d'acier, mais en 1911 la production passe à 882 000 tonnes. En 1919, 78 589 Canadiens travaillent dans l'industrie de l'acier et les trains canadiens circulent sur des rails en acier canadien ; automobiles et réfrigérateurs sont aussi fabriqués avec de l'acier produit ici.

  • Quoi

    L'acier est le matériau miracle de l'époque. Il est durable et résistant. L'ajout d'alliage comme le nickel le rend encore plus résistant. Un laminoir bien équipé peut alors façonner l'acier en fusion en toutes sortes d'objets, des poutres en I massives pour les constructions métalliques jusqu'aux minces feuilles d'acier destinées aux carrosseries d'automobiles.

  • Le principal marché pour l'acier canadien est le centre du Canada, mais à cause de la nécessité de houille et de minerai de fer, ce sont plutôt des endroits où abondent ces ressources, comme le Cap Breton, qui attirent les aciéries. Au fil du temps, les aciéries de la région du « golden horseshoe » autour de Hamilton en Ontario - Stelco et Dofasco - en viennent à dominer l'industrie canadienne en expédiant de la houille et du minerai de fer depuis leurs quais.

  • Quand

    Le Canada entre tard dans l'âge de l'acier. En 1914, toutefois, le pays possède une industrie de l'acier moderne qui lui permet de soutenir une énorme industrie des munitions qui transforme le métal en artillerie : balles, obus et navires.

  • Qui

    Ceux qui permettent au Canada de développer son industrie de l'acier deviennent des héros nationaux, louangés par les premiers ministres et recherchés par les investisseurs. L'Américain Francis Hector Clergue (1856-1939) devient le « roi de la suie » en construisant la vaste aciérie Algoma Steel à Sault Ste. Marie. En 1902, sa Lake Superior Corporation emploie 7 000 hommes à la fabrication d'acier et de papier et à la production d'énergie. Un an plus tard, l'empire s'effondre à cause de conflits financiers, mais l'Algoma survivra.