L'or et l'argent : Bennett et la crise économique

5 suivantesConclusion
Introduction 1989.103.293 1948.18 X10448 X15787 1948.5 1948.31A 1987.17.1185 1987.17.696
 

Introduction

Lorsque naît Richard Bedford Bennett (1870-1947) à Hopewell Cape, au Nouveau-Brunswick, le 3 juillet 1870, le Dominion du Canada n'en est encore qu'à ses tout débuts. Fils d'un constructeur naval, il acquiert en grandissant les valeurs du travail bien fait, de l'effort ainsi qu'un flegme tout britannique qui a bien servi ses ancêtres depuis des générations. Après une brillante carrière d'enseignant, d'avocat, d'homme d'affaires et de politicien, R.B. Bennett sera amené à présider les destinées du Canada durant la pire crise économique de l'histoire du pays.

Élu premier ministre grâce à un fort appui populaire en 1930, R.B. Bennett s'attaque aux premières manifestations de la Crise de 1929 avec vigueur et détermination. En raison de ses compétences juridiques et financières, la population canadienne le voit comme la personne toute trouvée pour résoudre la crise économique croissante. Les événements, cependant, viennent parfois à bout des meilleures intentions politiques. Ainsi, la situation économique s'aggrave et les grandes qualités de rigueur et de détermination de Bennett, si estimées tout au long de sa vie, seront peu à peu perçues comme un manque de souplesse et de l'arrogance.

Tandis que le chômage s'accroît et que la sécheresse s'installe dans l'Ouest, des admirateurs de Bennett dans le monde entier lui offrent des pièces d'or et d'argent, une pratique qui contraste vivement avec la conjoncture difficile du début des années 1930. Pendant que le pays s'enfonce dans la Crise, la fortune de Bennett devient une cible de choix pour ceux qui vivent dans des conditions plus précaires. En 1935, le premier ministre Bennett, au conservatisme rigoureux, tente de modifier ses politiques, mais il est trop tard. Lors de l'élection fédérale de 1935, la population, dans un mouvement de rejet massif, écarte R.B. Bennett du pouvoir.