Un vent de changement : Réformes et syndicats

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
MP-0000.27.173 II-109594.1 II-215475 II-184955 M992.6.265.1-2 M930.51.1.163 67-20-80 II-105875 II-110422.0
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Bouteille de whisky
1890-1900, 19e siècle
24 x 6 x 6 cm
Don de Mr. and Mrs. Newlands Coburn
M992.6.265.1-2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Bouteille (16)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  
Abus signalé 

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les premières sociétés de tempérance, formées au cours des années 1820, ont pour but de réduire la consommation d'alcool et non pas de la réprimer complètement. Composées notamment d'artisans, d'agriculteurs, de marchands et d'ecclésiastiques, ces organisations croient qu'en limitant sa consommation d'alcool, une personne peut améliorer ses habitudes de travail et faire un usage plus réfléchi de son argent. Toutefois, vers le milieu du XIXe siècle, bon nombre de sociétés optent pour l'abstinence totale lorsqu'elles se rendent compte que la simple tempérance est trop difficile à faire observer. Avec l'essor de l'industrie, la nécessité de la prohibition devient réellement urgente : l'alcool, croit-on, est la source de la pauvreté et de la misère de la classe ouvrière. Plusieurs officiers syndicaux adhèrent au mouvement, espérant ainsi sortir leurs membres de l'indigence et faciliter la perception des cotisations syndicales. Des travailleurs abstinents, croient-ils aussi, seraient moins susceptibles de tomber malades ou de se blesser, ce qui pourrait contribuer à diminuer les sommes versées en vertu des programmes syndicaux d'indemnisation en cas de maladie, d'accidents et de décès.

  • Quoi

    Le whisky comptait parmi les boissons fortes vertement dénoncées par les prohibitionnistes dans leurs campagnes, échelonnées entre les années 1820 et 1920. Graduellement, l'objectif du mouvement est passé de la réduction de la consommation d'alcool à l'interdiction de sa consommation, de sa vente et de sa production.

  • Comme l'indique l'étiquette, cette bouteille de whisky blanc a été vendue à Montréal par P. H. Théoret.

  • Quand

    La bouteille date des années 1890. Bon nombre de prohibitionnistes croyaient alors que l'alcool était la cause principale de la pauvreté et de la maladie.

  • Qui

    Les réformateurs canadiens-français défendaient une position plus modérée. La bière et le vin étaient vus comme des boissons de modération. Seules les boissons fortes, comme le whisky, étaient dénoncées.