Un vent de changement : Réformes et syndicats

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
M992.6.265.1-2 M930.51.1.163 67-20-80 II-105875 II-110422.0 II-109197 II-203044 M24608.34 II-222454.0.2
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Photographie
Groupe de médecins résidents, Montréal, QC, copie réalisée en 1895
Wm. Notman & Son
1895, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
12.7 x 17.8 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-110422.0
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  masculin (26640) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Pour plusieurs réformistes de sexe féminin, les femmes doivent jouer un rôle direct dans la politique et les affaires ainsi que dans le domaine social en général. La femme n'est-elle pas de nature intrinsèquement pure ? N'est-elle pas idéalement placée pour assainir la société ? De là à revendiquer les mêmes possibilités d'emploi que les hommes et le droit de vote pour les femmes, il n'y a qu'un pas que franchissent sans hésiter des féministes, de plus en plus nombreuses. Les nouvelles possibilités en matière d'éducation ont en effet stimulé la conscience sociale de certaines femmes privilégiées. Certaines chasses gardées des hommes, comme la médecine et le droit, sont alors contestées.

  • Quoi

    Aiguillonnées par leur participation au vaste mouvement de réformes et par leurs campagnes politiques, les femmes expriment avec fermeté leur désir d'avoir des chances égales dans la société. Elles contestent de plus en plus les chasses gardées des hommes.

  • Devant l'insistance des femmes, le monopole masculin dans les domaines de l'éducation et de l'emploi commence à s'effriter dans toutes les provinces. Néanmoins, cette évolution est plus lente dans les Maritimes et au Québec.

    Cette photographie montre un groupe de médecins résidents à Montréal. Les professions libérales comme la médecine sont longtemps demeurées inaccessibles aux femmes. Les universités leurs sont généralement fermées, tandis que les associations professionnelles refusent de les accepter.

  • Quand

    Cette photographie est datée de 1895, année où, au Québec, seules quelques femmes anglophones ont réussi à devenir médecins. En effet, l'Université Bishop de Lennoxville accepte des femmes dans sa faculté de médecine depuis 1889.

  • Qui

    Maude Abbott (1869-1940), qui allait devenir une sommité mondiale dans le domaine de la cardiopathie congénitale, obtient en 1894 un doctorat à l'Université Bishop.