Sous l'oeil de la caméra, 1840-1867

Introduction5 précédentes
I-38242 I-68904 I-68904.A I-68904.B.1 I-24834 I-19926 I-38907.1 PERS-03 Conclusion
 

Conclusion

Notre fenêtre photographique sur les Canadiens de l'époque victorienne a influencé la vue que nous avons de leur monde. On croit souvent qu'ils ne s'amusaient pas beaucoup, mais en lisant les textes et en regardant les pièces de théâtre de l'époque, on est facilement convaincu qu'ils savaient se divertir comme tout le monde. La nécessité de garder la pose pendant longtemps les rend tellement sérieux sur les photographies que nous avons tendance à oublier qu'ils étaient aussi animés et pleins de vitalité que nous le sommes aujourd'hui.

Le temps de pose et la vitesse de réaction des émulsions se sont améliorés lentement avec le temps. En 1880, une nouvelle forme de négatif est inventée, la plaque sèche. Toujours en verre, mais déjà recouvertes, les plaques sèches sont vendues à la boîte, tout comme le film l'est aujourd'hui. En fait, l'émulsion noir et blanc est très semblable; ce n'est que la base sur laquelle elle est étendue qui a changé.

Les images photographiques sont tellement répandues aujourd'hui qu'il est difficile d'imaginer un monde dans lequel elles n'existeraient pas. Toutefois, sans le travail lent et ardu des pionniers de la photographie, les grandes quantités d'informations visuelles qui s'offrent à nous aujourd'hui n'auraient pu exister.