Pas d'écueil en vue : La navigation sur le Saint-Laurent

Introduction5 précédentes
Conclusion
M930.50.5.560.1-4 VIEW-8101 MP-1986.7.2.5 MP-1986.7.2.10 VIEW-2868 MP-1979.155.29 MP-1979.155.76 MP-0000.1249.1 Conclusion
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Photographie
Drague no 1, département de la marine, QC, vers 1910
Anonyme - Anonymous
Vers 1910, 20e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Gélatine argentique
20 x 25 cm
Don de Mr. John L. Russell
MP-1979.155.76
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  maritime (666) , Photographie (77678) , Transport (2518)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le dragage des chenaux
Il est bien connu que le fleuve Saint-Laurent, avec ses battures, ses sinuosités et ses forts courants, demande une navigation prudente. Jacques Cartier lui-même s'est échoué sur un haut-fond dans le lac Saint-Pierre. Or, au 19e siècle, il est impératif pour le développement d'un port comme celui de Montréal que les navires puissent se rendre sans entraves jusqu'à ses quais et ses industries. On commence donc en 1844 à aménager dans le lac Saint-Pierre un chenal qui, à l'étiage, ne dépasse pas alors 3 mètres de profondeur et décrit une courbe naturelle balisée par des phares.

Le manque de fonds retarde les opérations de dragage à maintes reprises. En 1865, toutefois, à la suite d'emprunts majeurs et de l'imposition de taxes sur le tonnage des navires, un chenal de plus de 90 mètres de largeur et de 6 mètres de profondeur est enfin creusé et ce, grâce à une petite armada de dragues construites à Sorel.

  • Quoi

    Les dragues sont des navires spécialisés qui ont pour fonction d'aménager des chenaux de navigation à des profondeurs déterminées. Ils sont munis de pelles subaquatiques qui raclent le fond des eaux.

  • Les dragues comme le Dredge No. 1 travaillent en eaux peu profondes; dans ce cas-ci il s'agit du chenal de navigation du Saint-Laurent.

  • Quand

    Bien qu'un premier chenal ait été creusé par des dragues au 19e siècle, ces engins continuent d'être utilisés jusqu'à nos jours, notamment depuis l'ouverture de la Voie maritime du Saint-Laurent en 1959, où les chenaux doivent être maintenus à un minimum de 8,2 m de profondeur.

  • Qui

    Au même titre que les phares, les bouées ou les brise-glaces, les dragues sont sous la responsabilité des autorités fédérales. Lors de la prise de la photographie, l'organisme responsable est le ministère de la Marine et des Pêcheries.