Pas d'écueil en vue : La navigation sur le Saint-Laurent

Introduction5 précédentes
Conclusion
M930.50.5.560.1-4 VIEW-8101 MP-1986.7.2.5 MP-1986.7.2.10 VIEW-2868 MP-1979.155.29 MP-1979.155.76 MP-0000.1249.1 Conclusion
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Impression
Phare, Métis, QC, vers 1875
Reverend T. Fenwick
Vers 1875, 19e siècle
Encre sur papier monté sur carton - Photolithographie
15 x 23 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.1249.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Art (2774) , dessin (18380) , Dessin (18637) , Impression (4091)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les gardiens de phares
Bien que ce travail ne soit pas des plus rémunérateurs, le métier de gardien de phare offre un revenu stable, ce qui en fait une occupation recherchée. Les qualifications sont minimales : « posséder une bonne vue, avoir de bonnes moeurs, savoir lire et écrire et maîtriser les premiers rudiments de l'arithmétique ».

Il s'agit néanmoins d'un travail exigeant, car le phare et son appareillage optique demandent de nombreux soins et un entretien méticuleux. Mais surtout, le gardien doit maintenir une surveillance étroite toute la nuit, car pour des raisons de sécurité évidentes, la lumière ne doit pas faiblir, et encore moins s'éteindre ! Le gardien est souvent seul à son poste, mais sa famille, si possible, demeure avec lui dans une maisonnette près du phare et le seconde dans ses tâches quotidiennes.

  • Quoi

    Cette photographie nous montre clairement un phare en bois auquel est greffée la maison qui abrite le gardien et sa famille.

  • Métis-sur-Mer est situé sur la côte nord de la Gaspésie, dans le Bas-Saint-Laurent. Le premier et le deuxième phare sont construits sur une pointe de terre s'avançant dans le fleuve, sur la propriété d'un individu nommé John MacNider.

  • Quand

    Le premier phare de Métis est bâti en 1874. La tour actuelle, en béton, date de 1909. Le phare est encore en exploitation aujourd'hui, mais fonctionne de façon automatisée et ne requiert donc plus de gardien.

  • Qui

    Les gardiens du phare de Métis ont été : J. Jules Martin (1874-1879); Jules-Gabriel Martin (1879-1906); Élisée Caron (1906-1936); Georges Fafard (1954-1958); Émile Chouinard (1958-1959); Évariste Ferguson (1959-1970).