Les loisirs de son temps, 1867-1896

Introduction
5 suivantesConclusion
Introduction MP-0000.25.179 C571.1 MP-0000.158.39 II-64974 VIEW-3147.0 M969.1.11.1-4 I-81800.1 M2000.38.11
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Journal
La Presse Mercredi 18 Octobre 1899
18 octobre 1999, 19e siècle
Papier
60 x 43 cm
C571.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Journal (1)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  
Abus signalé 

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les années 1880 marquent l'apparition de la presse à grand tirage. Les journaux deviennent beaucoup plus accessibles parce que mieux distribués, plus attrayants et moins coûteux. L'urbanisation de la population canadienne, les progrès technologiques et la publicité permettent de produire en grande quantité et à moindres coûts des journaux qui s'adressent à de larges publics. La presse devient ainsi un formidable moyen de diffuser de l'information sur une plus vaste échelle. En consultant la presse à grand tirage, la population peut prendre connaissance des faits saillants de la vie culturelle et sociale, se renseigner sur les attractions offertes en ville et connaître les derniers exploits des athlètes de l'heure.

  • Quoi

    La presse à grand tirage, ce sont des journaux peu coûteux et destinés au grand public. Ces journaux se caractérisent aussi par un format et un contenu attrayants ainsi que par une quantité importante de publicité.

  • Les journaux à grand tirage sont produits en usine grâce aux nouvelles techniques de composition, d'impression et de pliage, et tirés à des milliers d'exemplaires.

  • Quand

    Le quotidien La Presse est fondé le 17 novembre 1884. Son tirage quotidien, qui totalise alors près de 10 000 exemplaires, dépassera les 100 000 exemplaires avant la fin des années 1900.

  • Qui

    Se présentant comme le « journal à un sou », La Presse vise de larges publics de lecteurs. À la fin du XIXe siècle, plus de 80 % de la population montréalaise maîtrise la lecture.