Lethbridge : la ville du charbon au pays du blé

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
19738083000 19652008000 19750119002 19640059000 19750119004 19811011020 19901015016 19738125000 19752400059
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Créer un nouveau duo
Photographie
Travaux de surface à la mine Galt no 3, Alb., vers 1900
About 1900, 19e siècle ou 20e siècle
Sels d'argent sur papier
17 x 20.8 cm
19750119004
Cet artefact appartient à : © Sir Alexander Galt Museum and Archives
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

C'est avec la construction du puits no 1 (1888-1897) de la compagnie Galt que les activités d'exploitation houillère ont été déplacées de la vallée fluviale au niveau des prairies. Le puits no 2 (1889-1897) a été creusé au nord-est du puits no 1. Les puits no 3 (1890-1924) et no 4 (1893-1924) ont ensuite été construits au nord du puits no 1. Les mines à puits marqueront le début d'une nouvelle technique d'exploitation du gisement houiller à Lethbridge.

Les mines à puits diffèrent des mines à flanc de coteau en ce que leurs entrées sont creusées à la verticale dans la veine de charbon. À Lethbridge, la profondeur atteinte dans le gisement houiller est habituellement d'environ 90 m. Comme pour les mines à flanc de coteau, il y a une entrée pour pénétrer dans la mine et en sortir, et une autre pour la ventilation. À l'extrémité inférieure des entrées, des tunnels horizontaux sont creusés le long de la veine de charbon. La méthode utilisée pour l'extraction du charbon est très semblable à celle employée dans les mines à flanc de coteau. Cependant, des treuils d'extraction permettent maintenant de transporter les hommes et le charbon en haut et en bas des entrées, et des ventilateurs ont remplacé le feu pour faire entrer l'air frais dans les mines.

  • Quoi

    Puisque le charbon du gisement de Lethbridge repose dans un dépôt relativement plat, il fut facile de le trouver. Les problèmes dans les mines de Lethbridge étaient causés notamment par la présence dans le sol de gravier et d'argile - ce qui signifiait que d'énormes quantités de bois étaient nécessaires pour le soutènement - et par l'eau qui s'infiltrait dans les tunnels et les chambres.

  • Outre Lethbridge, deux autres villages se sont formés à proximité des mines de charbon. Le village of Stafford s'est développé autour de la mine Galt no 3, et celui de Hardieville autour de la mine Galt no 6. Ces deux villages font aujourd'hui partie de la ville de Lethbridge.

  • Quand

    Cette photographie des travaux de surface à la mine Galt no 3 date d'environ 1900.

  • Qui

    Le charbon produit par les entreprises Galt, désigné par la marque de commerce « Galt Coal », était utilisé dans les foyers dans l'ensemble de l'Ouest canadien. Une partie du charbon était aussi expédiée dans le nord-ouest des États-Unis.