Un monde en changement : l'éducation au Nouveau-Brunswick

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
1994.450 XX.1706 1990.171 66.118.549.a 7.2-4 XX.2473 PB1-40 XX.2306 XX.1705
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Créer un nouveau duo
Registre
V.A.L. Inspecteur 45
Valentin Landry
1879-1880, 19e siècle
23.6 x 21.3 x 1.5 cm
7.2-4
Cet artefact appartient à : © Centre d'études acadiennes
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Après l'adoption de la loi King, les deux écoles de formation, soit celle de Saint-Jean (ouverte de 1848 à 1870) et celle de Chatham (ouverte de 1867 à 1870), ferment leurs portes, et une nouvelle école est créée à Fredericton en 1870. L'anglais y est cependant omniprésent à titre de langue d'enseignement. Très peu de francophones y poursuivent leur formation. Dans son rapport de 1878, le surintendant en chef des écoles publiques, T. H. Rand, propose la mise sur pied d'un cours préparatoire pour les personnes de langue française qui désirent recevoir un brevet d'enseignement provincial. À la suite de cette décision, le choix du professeur de langue française à embaucher s'arrête sur Valentin Landry (1844-1919), un enseignant acadien originaire de Pokemouche, au Nouveau-Brunswick. Il doit se déplacer afin de poursuivre sa nouvelle carrière à l'école normale de Fredericton. Il démissionne de ce poste dès l'année suivante pour devenir inspecteur d'écoles.

  • Quoi

    Ce cahier contient les notes d'inspection de plusieurs écoles du Nouveau-Brunswick.

  • Valentin Landry est responsable de l'inspection des écoles des comtés de Gloucester et de Kent, et de certaines écoles de Westmorland, au Nouveau-Brunswick.

  • Quand

    Valentin Landry est inspecteur d'école de 1879 à 1887.

  • Qui

    Comme l'indiquent les initiales figurant sur la couverture du cahier (V.A.L.), ces notes ont été rédigées par Valentin Landry.