Une communauté en guerre : North Vancouver et la construction navale

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
27-678 MP76 27-3608 27-523 27-261 27-29 13289 27-3740 992.40.2111
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Créer un nouveau duo
Photographie
Entrepôts no 2
Vers 1943, 20e siècle
19 x 23 cm
27-261
Cet artefact appartient à : © North Vancouver Museum and Archives
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Tags

  

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les constructeurs de navires canadiens accumulaient des stocks considérables de pièces pour les cargos, afin d'éviter tout retard dans le calendrier de production serré de quatre mois. Grâce à la conception standardisée, des centaines de pièces étaient interchangeables et bien adaptées à la production de masse. Quatre-vingt-quinze pour cent des matériaux utilises dans les chantiers navals canadiens provenaient de fabricants canadiens, y compris les articles fabriqués sur place. Le gouvernement fédéral s'assurait que la construction des pièces soit répartie équitablement entre les différents fournisseurs. C'est ainsi que la William Kennedy and Sons d'Ontario fabriquait les hélices de 18,5 pieds (5,64 m) de diamètre, tandis que les machines à vapeur à mouvement alternatif de 135 tonnes (122 tm) et d'une puissance de 2 500 chevaux-vapeur (1 865 kW) étaient construites par la Canadian Vickers et la Canadian Allis-Chalmers de Montréal, ainsi que par la John Inglis Company de Toronto. Les chaudières écossaises étaient fabriquées par la Dominion Bridge Company, à Montréal et Vancouver, par la John Inglis et la Vancouver Iron Works. Les fabricants de partout au pays fournissaient l'acier nécessaire à la construction de chaque cargo de guerre, soit plus de 7 000 tonnes (6 350 tm).

  • Quoi

    Ces lieux d'entreposage contenaient des pièces standard, prêtes à être utilisées. Pour chaque cargo de 10 000 tonnes, on devait utiliser 2 500 vannes, dont certaines sont illustrées ici.

  • On conservait ici, dans l'entrepôt no 2 du chantier nord, des marchandises encaissées et de la quincaillerie marine. Les fournitures électriques et les articles lourds étaient entreposés dans d'autres immeubles.

  • Quand

    Cette photo date de 1943, au plus fort de la production de cargos de 10 000 tonnes à la Burrard Dry Dock.

  • Qui

    À l'interne, des mécaniciens-monteurs de machines fabriquaient, assemblaient et testaient les pièces de navire et de machine, dont la plupart allaient être mises en stock dans l'entrepôt no 2.